Le blog d'Elixie
Elixie Elixie

April May June

21 août 2012

Je n’arrive pas à savoir si je suis ultrasensible ou ultranonsensible. L’autre soir, en me couchant, je repensais à combien la chanson « Ne Me Quitte Pas » de Jacques Brel m’était insupportable. Sa voix tendue par la tristesse et l’acharnement m’exaspère, j’ai envie de crier : « Jacques ! Reprends-toi nom de Dieu ! » et je suis consumée par la culpabilité. Quand il ne te reste plus rien, il te reste encore la dignité, Jacques ! Mais peut-on condamner le désespoir ? Bon, et à côté de ça, quand je vois voler un bourdon à l’air mélancolique, j’ai les larmes au bord des paupières inférieures.

Obsessions du moment : Les coussins. La citronnade. Bill & Hillary Clinton jeunes.

Je travaille tellement en ce moment que me promener dans un supermarché devient une chose très agréable à faire.

Je travaille tellement en ce moment que je n’ai pas le temps de finir mes livres, ce qui me rend irritable. Tout-à-l’heure j’ai failli me fendre d’une longue diatribe contre une vieille chouette ignorante.

Pour me calmer, j’ai du me VISUALISER en train de sortir mon cerveau fumant pour le faire flotter sur une petite mare de glaçons.

Ça a marché à 70%. La citronnade a fait le reste.

J’ai envie de retourner à la rivière. Pas trop de marcher sur des galets.

J’ai ajouté et enlevé des liens dans ma blogroll, mais je ne peux toujours pas me résoudre à enlever PixelStar.

La première chose que je ferai le soir où on s’installera dans notre maison, c’est de
boire trois Budweisers, commander
une pizza et
prendre un bain.
Et ce sera le meilleur jour de ma vie, jusqu’au prochain.

Ricchi & Claude

5 août 2012

Ce soir Arte a diffusé L’effrontée, le film de Claude Miller sorti en 1985 dans les salles françaises. Entre mes 7 et 11 ans, il y avait ces trois films que je regardais en boucle : Amadeus (Milos Forman, 1984), Labyrinthe (Jim Henson, 1986), et L’effrontée. J’avais oublié ces petits détails comme le Roule Roule, la discothèque où se retrouvent les jeunes du village – ou encore qu’au début, sur la barrière de la maison, le numéro de téléphone affiché comporte six numéros seulement. J’avais aussi oublié à quel point Bernadette Lafont était super, surtout quand elle dit « tu vois pas qu’elle te fait marcher, cette grande seringue ? ». D’ailleurs, je ne me souvenais pas du nombre de bonnes répliques que ce film contenait – des répliques pour lesquelles n’importe quel écrivain se damnerait – comme « C’est p’tit c’est moche, et c’est tout. Salut. » (Charlotte) ou « Ben puisque tu sais pas quoi faire, va jouer avec l’aut’ bout de cul ! » (le père de Charlotte) ou « T’as quoi sur ta tête ? Une crotte de chien ? – une NAT-TE » (Charlotte et son père). Je crois que cette obsession pour L’effrontée était moins née de ma mono-maniaquerie habituelle que parce que j’espérais y trouver des réponses. Charlotte supporte mal la chaleur estivale, elle rentre des chemises d’homme dans sa jupe en jean et trouve que la vie est brusque. Elle mange de la confiture de fruits rouges, est élevée par un seul de ses parents, aime la musique classique, est pressée de découvrir le monde… Dans son salon, le papier-peint est fleuri. C’est étrange de se rappeler toutes ces similitudes. Ça l’est encore plus de se rendre compte que L’effrontée m’a réellement donné deux ou trois leçons de vie. Aie des rêves à ta mesure. Choisis bien tes amis. Ne saute jamais le déjeuner.

songs like this

3 août 2012

J’ai très vite compris que l’on ne changeait jamais qui que ce soit. Son mec, ses vieux, le voisin du dessus… Un seul être humain ne suffit pas. Le temps, l’alcool et les souffrances diverses et variées se chargent du sale boulot. Mais c’est pas le plus dur à intégrer. Quand vous vous apercevez qu’en conséquence personne n’est indispensable, c’est à ce moment-là que votre caboche vrille un peu.

J’ai été plus longue à la détente pour m’apercevoir que si la théorie s’appliquait à tout le monde, elle s’appliquait aussi à moi-même. Je peux travailler quelques impulsions, ronger mon frein, forcer ma concentration mais je ne changerai jamais

les angoisses matinales
l’investissement corps et âme
les TOQUADES FUTILES & la FRÉNÉSIE des DÉTAILS
la scoliose à 40° et le petit doigt de pied bouffi
les ressassements pernicieux
les emportements de mauvaise foi (et de mauvais goût)
et les blagues à base d’anthropomorphisme

Fort heureusement, je suis coincée avec moi-même.

Chapitre 5 : La 5ème planète tellurique

13 juillet 2012







Nature, n.f. : Milieu terrestre particulier, défini par le relief, le sol, le climat, l’eau, la végétation.

Derrière la brume de minuit, le pays est entouré de plages noires sur lesquelles ont parfois échoué des miettes de glaciers. Les ruines de basalte sont couvertes de mousse verte ou jaune délavé, redéfinissent l’intérieur des terres et prennent n’importe quelle forme – même celle du profil pélican-esque d’un Edouard Balladur déprimé – mais ne craquelleront jamais sous les pieds. Ça ne marche pas comme ça, en Islande. L’homme ne peut pas avoir le dernier mot. Sûrement pour ça que les habitants n’ont jamais construit d’édifice assez grand pour les protéger en cas d’invasion. A quoi bon bâtir des châteaux qui surplombent les vallées, ériger des tours de pierre de plusieurs mètres de haut et élever des pigeons voyageurs ? L’ennemi n’arrive de nulle part. Il est déjà là.

Chapitre 4 : Les Grands Espaces

9 juillet 2012








Agoraphobie, n. f. : Angoisse, crainte de traverser les grands espaces où l’on ne peut être regardé et d’être happé par le ciel.

Chapitre 3 : Les Petits Animaux & Le Lupin

5 juillet 2012

Du sud jusqu’à l’ouest, dans le sens inverse des aiguilles d’une montre : les chiens de traineau du Groenland au coucher de soleil – soit aux alentours de minuit -, sorte de gros toutous hyperactifs (voire érotomanes pour certains) et les moutons islandais, moins blasés que leurs cousins écossais, mais plus suspicieux. En parlant, d’Écosse : le lupin, importé sur l’île pour fertiliser la terre et qui pullule aux abords des routes de cendres. Enfin, totalement emo & coiffure tie & dye : les chevaux vikings (ils peuvent lire vos pensées les plus intimes).

Un lien : pour savoir ce qui s’est passé après la balade en chien de traineaux sur la F 550 et pendant l’élection présidentielle.

Chapitre 2 : Les Objets & Lieux Perdus

4 juillet 2012





Le long des chemins escarpés de l’est, vers le nord de l’île : 1564 cairns, 37 cagibis de pêche et d’observation ornithologique, 5 phénomènes étranges, 3 mini-bus engoncés dans la neige d’été, 1 salle d’eau érigée non loin du volcan Krafla, 2 refuges en haut des montagnes roses, 1 mystérieuse cabine pistache sur la route menant à l’île des macareux moines (qui cache en réalité un distributeur de boissons et de snacks pour chiens et humains s’allumant à l’aide d’un minuscule interrupteur noir).

 

Chapitre 1 : La Route

1 juillet 2012








3475 kms, 22 champs de lave, 9 pleins d’essence, 3 gouttes de pluie, 1 radio captée, 0 elfe.