Le blog d'Elixie
Elixie Elixie

encore une nouvelle de merde dans cette semaine pourrie

26 octobre 2012

On ne peut pas dire que cela ait été les six meilleurs jours de ma vie (mon calcul de l’existence se faisant sur une échelle de 1 à 100, disons que je suis à 46) et l’une des raisons à ça, c’est Raymond. Depuis les dernières rafales de vent, nous n’avions pas revu Raymond le hérisson dans le jardin. Et l’autre jour, tandis que mon quota de mauvaises nouvelles était déjà presque atteint (j’étais à 51), nous avons vu un hérisson écrasé sur la route d’en face. Je n’ai pas pleuré, okay ? Nous n’étions pas à ce stade de l’amitié où l’autre crée un vide incommensurable en disparaissant. Et puis je n’ai aucun moyen de vérifier qu’il s’agit bien de Raymond. Je n’ai pas son dossier dentaire.

Quoiqu’il en soit, voici les choses qui m’ont aidée à ne pas traquer le chauffard qui a dégommé Raymond ou son cousin :

1) La science passionnante des prénoms des ouragans. En gros, l’initiale de chaque ouragan donne son rang d’apparition dans l’année et son lieu géographique. Par exemple, l’ouragan Sandy est le 19ème ouragan de l’année 2012 en Amérique du Nord. Chaque année, la liste des prénoms change. En Europe, nos ouragans sont nommés par l’Institut de Météorologie de l’Université Libre de Berlin (d’où Xynthia) mais n’importe qui peut « adopter un vortex« . Ce qui est sacrément cool. Mais ce n’est pas l’avis de tout le monde : quand j’ai proposé le sujet à l’un de mes rédac-chefs, il m’a jeté un #old au visage tel un gantelet de chevalier. Je ne comprends pas.

2) Ce post du Professeur Moustache.

3) Une compilation de pages Wikipedia qui font peur.

4) Ce site, pourquoi pas (qui me fait penser au dernier numéro de 6mois)

5) Le Poète, de Michael Connelly – un super polar.

6) Du coup, cet article drôlement bien de Jérôme Dupuis.

Et si ça ne suffit, j’ai fait une playlist cyclothymique : Dépression Superstar. Dedans y a un peu de country-folk, de math-punk, de new wave classique, et de pop mainstream.

Rooms filled with light

15 octobre 2012

Chose promise, chose due (une expression que trop de vieux fennecs déloyaux ont tendance à oublier). Je pensais recevoir 7 ou 8 mails et puis en fait j’en ai reçu un peu plus que ça, alors il a fallu faire un CHOIX. J’en ai gardé 11.

Allez, je me lance !

Top 5 des endroits à voir avant l’arthrose

Facile ! J’aimerais :

(1) Passer une semaine dans le plus beau coin de l’Ardèche (il me faut encore trouver où il se trouve).
(2) Faire un road-trip en Namibie.
(3) Aller au Belize.
(4) Traverser le Nouveau-Mexique, l’Arizona, et remonter jusqu’au Wyoming.
(5) Voir la Patagonie.

Top 5 des choses à faire en Islande

Je suppose que tout le monde ne sera pas d’accord, donc gardez à l’esprit que cela ne vaut que pour moi :

(1) Tenter un tour en chiens de traineaux au coucher du soleil de minuit.
(2) Marcher sur un glacier.
(3) Goûter les langoustines de Hfön.
(4) Parcourir la route F 26 (et donc, louer un 4×4).
(5) Oublier le Blue Lagoon, aller se baigner aux sources chaudes de Myvatn plutôt.

Top 5 « Desert Island Books »

Note : il ne s’agit pas de mes livres préférés, mais de ceux où je me dis toujours « oh je devrais le lire / le finir » sans jamais le faire. Là au moins, je serais bien obligée en attendant qu’on vienne me chercher.

(1) Les frères Karamazov, de Dostoïevski
(2) L’intégrale du Trône de Fer, de George R.R. Martin
(3) Cent ans de solitude, de Gabriel Garcia Marquez
(4) L’intégrale de Jacques Prévert (déjà lue, mais c’est pour égayer un peu plus mon quotidien sur l’île – cf livres précités)
(5) La couleur des sentiments, de Kathryn Stockett

Top 5 « Nouvel An Pas trop Nul »

Je ne suis pas une grande fan du Nouvel An, symbole de la fête forcée nulle et ratée et chère. Dans ma dictature, la marque Little Marcel n’existerait pas, et personne ne devrait se sentir obligé de faire le réveillon. Mon Nouvel An de rêve :

(1) Le fêter avec 2-3 autres amis max, avec des crêpes et du champagne.
(2) Le fêter seul avec seulement du champagne.
(3) Faire une virée geocaching dans un endroit insolite avec quelques copains.
(4) Passer la nuit dans une cabane dans les bois avec quelqu’un okay pour discuter et faire du sexe.
(5) Le passer dans un avion.

Top 5 des romans pour ceux qui n’aiment pas les romans

Ou « Top 5 qui fout le plus la pression ». Pour ceux qui ne sont pas de gros lecteurs, j’aurais tendance à dire « privilégiez l’histoire ». Vous ne pouvez pas être déçu avec une bonne histoire, même si le style littéraire n’y est pas flamboyant. Ce qui peut marcher :

(1) Je pensais que mon père était Dieu, nouvelles présentées par Paul Auster
(2) Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur, de Harper Lee
(3) Les premiers livres d’Amélie Nothomb – comparée à la clique Lévy-Musso-Pancol depuis plusieurs années, on en oublierait presque que ses premiers romans sont très bons : a – Les Catilinaires b- Mercure, c – Stupeurs et Tremblements.
(4) Le Liseur, de Bernhard Schlink
(5) 1984, de George Orwell

Top 5 des photobombs de chiens

Oh non, on avait dit qu’on causerait pas du boulot (la 100ème édition des trouvailles d’Internet pour bien commencer la semaine a été publiée ce matin !). Quelques classiques :

(1)

(2)
(3)

(4)
(5)

Top 5 des chansons d’automne pour se sentir bien

Réclamé plusieurs fois sous diverses formes. Visiblement c’est la déprime. (Les liens renvoient vers Spotify).

(1) I’m A Pilot, de Fanfarlo
(2) You Ain’t Alone, d’Alabama Shakes
(3) Chicken Soup With Rice, de Carole King
(4) Everything’s Gonna Be Undone, de Band of Horses (en fait j’aime tout leur album « Mirage Rock« )
(5) Flame Me Up, de Millionaire

Top 5 des livres d’hiver

Réclamé plusieurs fois sous diverses formes. Visiblement c’est la dèche.
J’ai un gros faible pour les livres dont l’action se déroule sous la pluie, dans le froid, sous la neige, quand les héros et les héroïnes portent des gros pulls et des bonnets et fument des cigarettes sous les auvents en frissonnant de l’échine. DONC :

(1) Motel life, de Willy Vlautin (vous avez de la chance il est sorti en poche)
(2) La première nouvelle de Nebraska, de Ron Hansen (malheureusement les autres nouvelles sont assez moyennes)
(3) Saloon, de Aude Walker

Mais si vous n’êtes pas du genre à aimer l’hiver, je recommande :
(4) Mouton, de Richard Morgiève
(5) L’Histoire de Bone, de Dorothy Allison

Et puisque je suis sympa, j’ajoute deux bande-dessinées :
(6) Strip-tease, de Joe Matt
(7) La Parenthèse, d’Elodie Durand

Top 5 des meilleurs épisodes de Buffy contre les vampires

Sans originalité (mes épisodes préférés sont sûrement les épisodes préférés de tout le monde), et par ordre chronologique :

(1) The Witch – saison 1, épisode 3.
(2) Fear, Itself – saison 4, épisode 4.
(3) Hush – saison 4, épisode 10.
(4) One More, With Feeling – saison 6, épisode 7.
(5) Grave – saison 6, épisode 22.

Top 5 de mes anecdotes préférées aux États-Unis

En bonne adoratrice des anecdotes, ce fut un de mes tops favoris à réaliser :

(1) Mon petit ami barbu a souvent entendu ses copains de lycée dire qu’il ressemblait à Dave Grohl (ce qui est plus flatteur que, disons, Axl Rose). Lors de notre premier voyage ensemble aux États-Unis, nous sommes allés à un concert de Phantom Planet. Au bout de la deuxième ou troisième chanson, un type est venu nous parler. Après le small-talk habituel, il s’est tourné vers mon petit ami barbu et sa paupière a tressauté. « Are you… DAVE GROHL ? ». Il était salement amoché par l’alcool.
(2) A Portland, un jour où nous étions dans le bus avec Pénélope, une mamie s’est avancée vers nous. Ça faisait quelques minutes qu’elle était hypnotisée par notre conversation. « Excusez-moi, mais est-ce que vous êtes sœurs ? », nous a-t-elle demandé. Non, sourires perplexes, pourquoi. « Parce que vous parlez la même langue ». Ce qu’elle voulait sûrement dire, c’est que nous étions tous frères et sœurs en France (copulateurs que nous sommes).
(3) A Chattanooga, une ville morte du Tennessee, dans la seule pizzeria à trente miles à la ronde, la jeune serveuse nous a demandé quelle était notre prochaine destination (n’oublions pas que les Américains ont un truc pour les destinations : tout le monde va quelque part). Elle nous a alors conseillé un cinéma qui faisait sa propre bière dans la banlieue d’Asheville en Caroline du Nord, où nous avons pu voir Scott Pilgrim à côté de gens qui s’enfilaient trois pintes à la demi-heure (super soirée).
(4) Par un concours de circonstances, j’ai joué les chaperons pour une Sadie Hawkins Dance dans l’ancien lycée de Katy Perry, à Santa Barbara.
(5) Saviez-vous qu’en Georgie, vous ne pouvez pas acheter de bières au supermarché le jour du Seigneur ? Nous avons tenté, mais on nous a demandé d’aller reposer nos Miller Lite.

Top 5 des œuvres ou artistes qui ont changé ma vie

Ce sont plus des discussions qui ont changé ma vie que des œuvres ou des artistes à proprement parler, mais voici quelques dettes:

(1) Courtney y Yo, de Lucia Etxebarria
(2) Chuck Klosterman
(3) L’album Live Through This, de Hole
(4) Les Sorcières sont N.R.V., de Yak Rivais
(5) Viva Maria! de Louis Malle

Et mille fois merci pour tous vos trucs préférés, c’était vraiment chouette à lire ! Lire les trucs préférés d’inconnus par mail est entré dans mon top 5 des activités de la saison.

shiny things

12 octobre 2012

Bien. Bien ! Maintenant que l’extérieur est devenu hostile (toutes ses feuilles mortes qui peuvent nous amocher un œil) et que la tisane au miel est notre seule alliée, qu’est-ce qui nous reste ? Puisque c’est vendredi, peut-être pouvons-nous faire affaire : si le cœur vous en dit, envoyez-moi par mail un top 5 que vous aimeriez avoir (top 5 des livres pour l’hiver, top 5 des gifs de corgis… un top pas trop banal en somme) et j’y répondrai avec super plaisir la semaine prochaine. En échange, une seule requête : écrivez-moi ce que vous avez préféré depuis la rentrée (un article, une chanson que vous avez écouté en boucle, un flickr). Mille mercis !

I really fucked this up this time, didn’t i ?

11 octobre 2012

J’ai laissé la recette de madeleines dans le placard de la cuisine. J’ai rendu les clés de l’appartement. Abandonner un petit bout de soi dans un endroit où l’on ne remettra peut-être bien plus jamais les pieds (au sud-est de l’Islande :  La Femme En Vert d’Arnaldur Indriðason à l’hôtel du port de Stykkishólmur), parce que se fier au futur est vain, et à l’expression « la vie est longue » encore plus : la vie n’est jamais longue.

 

river deep, mountain high

26 septembre 2012

Dans la bruine d’automne, derrière l’odeur des feuilles mortes, du bois brûlé et des vieux livres garnis de poussière, les conversations chez Emmaüs ont des allures de monde parallèle.

Ma phrase préférée du mois est désormais : « Tu l’as vendu, le tatou empaillé ? ».

Je la mets ici, parce que dans l’un des livres de poche soigneusement rangés près des buffets 70s déglingués (les bibliothèques d’Emmaüs sont l’une des plus belles choses qui soient, mais nous y reviendront), Louis Pauwels écrivait en 1971 :

Lettre Ouverte Aux Gens Heureux, p. 85, éd. Albin Michel.

No. this is just awkward.

12 septembre 2012

Je me suis principalement nourrie de crevettes, d’avocats, de gaufres et de citrons givrés pendant cette période. J’ai bu plus de champagne que de raison. J’ai vu l’asphalte trempé de New-York, ai écrit dessus, mangé une tonne de mac’n cheese et dit à une fille qu’elle avait du papier toilettes collé sous son talon dans un comedy club. Peu avant midi, nous nous sommes fait payer une ou deux bières par le barbier (où nous étions pour ma moustache). Ensuite, nous avons retiré 100$ et nous sommes allés voir une comédie musicale sur des cheerleaders. J’ai peint des plinthes en blanc un dimanche matin en écoutant Chérie FM, mais c’est mieux en écoutant Rires & Chansons. Ce jour-là, mon cœur était plus enivré qu’il y a trois mois, et beaucoup plus qu’il y a six mois. En lisant ce petit témoignage sympatoche devant mes céréales au lait, j’ai découvert ces enregistrements de somnambule anglais qui ressemblent à des supers dialogues de western (mon préféré : « Hey ! I’ve told you before : I like my bananas al dente. Get it right. »). J’ai trouvé très étrange, cette même nuit, de tomber sur des commentaires méprisants les blogs parlant de voyages et non de vie quotidienne. Mais si Internet existait uniquement pour parler de vaisselle sale, qu’adviendrait-il de nous ? J’ai vu un cimetière de voitures non loin d’Aureville. J’ai décidé d’arrêter de classer mes livres par couleur parce que les couleurs font oublier les livres eux-mêmes et j’ai divisé ma nouvelle bibliothèque par thème (romans noirs, féminisme, essais, musique, classiques, young adult, policiers, philosophie & road-trip). Je crois que j’aimerais bien pleurer un peu de fatigue, pour décompresser, mais je n’y arrive vraiment pas.

Is it awkwardly cool or just awkward ?

10 septembre 2012

19 jours que je n’ai pas écrit ici alors que j’ai plein de choses captivantes à raconter comme (une liste pour ne pas oublier) :

- Comment bien peindre un mur ?
- Le western pour somnambules
- Les blogs voyages seraient-ils en réalité haïs de tous ?
- Et : le canapé-lit, ce concept dégueulasse probablement inventé par Karl Marx.

Hi hi.

April May June

21 août 2012

Je n’arrive pas à savoir si je suis ultrasensible ou ultranonsensible. L’autre soir, en me couchant, je repensais à combien la chanson « Ne Me Quitte Pas » de Jacques Brel m’était insupportable. Sa voix tendue par la tristesse et l’acharnement m’exaspère, j’ai envie de crier : « Jacques ! Reprends-toi nom de Dieu ! » et je suis consumée par la culpabilité. Quand il ne te reste plus rien, il te reste encore la dignité, Jacques ! Mais peut-on condamner le désespoir ? Bon, et à côté de ça, quand je vois voler un bourdon à l’air mélancolique, j’ai les larmes au bord des paupières inférieures.

Obsessions du moment : Les coussins. La citronnade. Bill & Hillary Clinton jeunes.

Je travaille tellement en ce moment que me promener dans un supermarché devient une chose très agréable à faire.

Je travaille tellement en ce moment que je n’ai pas le temps de finir mes livres, ce qui me rend irritable. Tout-à-l’heure j’ai failli me fendre d’une longue diatribe contre une vieille chouette ignorante.

Pour me calmer, j’ai du me VISUALISER en train de sortir mon cerveau fumant pour le faire flotter sur une petite mare de glaçons.

Ça a marché à 70%. La citronnade a fait le reste.

J’ai envie de retourner à la rivière. Pas trop de marcher sur des galets.

J’ai ajouté et enlevé des liens dans ma blogroll, mais je ne peux toujours pas me résoudre à enlever PixelStar.

La première chose que je ferai le soir où on s’installera dans notre maison, c’est de
boire trois Budweisers, commander
une pizza et
prendre un bain.
Et ce sera le meilleur jour de ma vie, jusqu’au prochain.