Le blog d'Elixie
Elixie Elixie

brewed awakening

5 mai 2008

Okay par où commencer ?

2ème jour : temps crappy, bloomingdales = gros galeries lafayette new yorkais, et mauvaises chaussures. Un jour comme les autres dans la vie d’un touriste.

Après, ça a été beaucoup plus fun.
Déjà, on a arrêté de se lever à 5h30 du matin et d’errer dans le métro à la recherche d’un endroit où manger. En gros, on a arrêté d’être des SPF (Sans Pays Fixe).

On a commencé à trouver de la vraie nourriture américaine, avec des pringles aux cornichons :

J’ai enfin trouvé le livre que je cherchais dans tous les Barnes&Noble de Manhattan, et ce con était juste dans une petite librairie de Nolita. On a fouiné dans un marché vintage qui a lieu tous les week-ends sur Mulberry St (thx Hélène !), un peu de Soho avant le Tribeca Film Festival Family Street Fair, une sorte de fête de quartier aussi grande que la fête foraine des quinconces à Bordeaux, mais qui était déjà quasi finie quand on est arrivé, alors on s’est dit « si on faisait un truc plus gai, comme Ground Zero ?« . Il y a 12 ans j’étais là-haut dans une des tours du World Trade Center, à ne pas oser avancer vers les vitres parce qu’elles prenaient toute la fenêtre, et que ça donnait irrésistiblement le vertige.

Chi-chi ?!

Le truc avec Brooklyn, c’est que c’est comme être sur l’île de Manhattan, sans la foule en permanence. Voir New-York sans aller à Brooklyn, ce serait comme regarder Deadwood sans les sous-titres.

Le Brooklyn Botanic Garden organisait ce week-end le « Sakura Matsuri », une expo sur le Japon pour célébrer les cerisiers en fleurs. Filles en cosplay, sushis et musique traditionnelle.

Après avoir bu de la bière de brooklyn, on était complètement pompète dans les jardins.

Du coup on a inventé une chanson, et je crois que ça faisait quelque chose comme :

Tu es saouuuul
et je suis foufouuuu

et après c’est pas allé bien loin.

si vous voulez voir plus de photos c’est ici : flickrrrr

I’ve left 2 days ago

2 mai 2008

Quand vous vous levez à trois heures du mat’ pour l’aéroport et que vous arrivez à midi heure locale, c’est comme si vous vous leviez tous les matins dans cette ville. Autant dire que Zouzouito était grave naze une fois la nuit tombée et les sirènes de police enclenchées :

HEY, vous voulez voir une photo jamais prise par les touristes ?

Bon ça, c’est fait.

Le lendemain matin, Zouzouito avait besoin de récupérer en kilojoules, avec le orgy waffles du Cupping Room Café (359 W Broadway) :

Apparemment, il y aurait eu Johanna d’Hélène et les Garçons là où Zouzouito est allé bruncher. Johanna, c’était la texane d’AB Productions, et c’était aussi la plus cool, elle sortait avec Cricri d’Amour qui ne l’a pas fait une, mais bien DEUX FOIS cocue. ENCULAY ! Bon enfin je n’ai pas vu Johanna. C’est Barbu qui m’a dit, deux heures après.

On est allé à Love Saves The Day, le magasin où Rosanna Arquette achète le blouson en cuir que Madonna veut récupérer dans Recherche Susan Désespérément, mais ils étaient un peu flexibles niveau horaires d’ouverture :

Par contre si New-York est fidèle à tous les clichés qu’elle véhicule, le ghetto blaster est formellement interdit dans le subway :

Puis il y eut le drame.
Chi-chi le chihuahua obèse a disparu :

Alors on a décidé de se consoler avec la pizza aux macaronis, son plat favori. Pour lui rendre hommage :

Et aussi, en faisant les cons à Central Park :

Vous vous souvenez de cette scène dans Ghost où Whoopy Goldberg donne un chèque à une bonne soeur dans la rue ? (entre 1994 et 1996, toutes les filles avaient 3 films préférés : Dirty Dancing, Pretty Woman, et Ghost, donc si vous ne vous en souvenez pas, pourrais-je vraiment vous en vouloir ?)

En arrivant downtown, Barbu et moi on a immédiatement reconnu l’endroit où la scène avait été filmée. Et demain on va voir l’immeuble de Ghostbusters. Ou comment la pop culture s’est incrustée dans notre cerveau.

Il y aurait plein de manières différentes de finir ce post, c’est pourquoi je vais finir sur une note culinaire : Barbu, il a goûté le Cold Boom Shaker dans un diners, et il a même pas vomi. Alors que c’est quand même du coca cola avec de la glace à la vanille et de la chantilly.

Moi aussi j’veux être blogueuse influente

28 avril 2008


Annabelle, 26 ans, blogueuse influente from Bobby Freckles on Vimeo.

Et avoir plein de jolies petites vignettes des couleurs de l’arc-en-ciel « recommandé par les influenceurs » sur ma page, parce qu’il parait que plus on en a plus on est invité dans des soirées VIP où Xavier et Tatiana de Secret Story acceptent de manger des petits fours avec vous !

Bon comme je suis pas une pouffe, merci pour vos retours sur ma vidéo d’avant, apparemment vous aimez bien me voir me vautrer, comme je vous comprends. En même temps j’vous ai bien eus parce qu’à un moment je dis « y’aura pas de vidéo avant 3 semaines » et en fait j’ai menti. AH AH AH.

Cette vidéo est based on a true story from 1993

25 avril 2008


I’m leaving today – episode 3 from Bobby Freckles on Vimeo.

Hey j’ai mis des heures à faire ma TROISIEME VIDEO SUR VIMEO, et trouver le chouchou a été la partie la plus facile. Et aussi, tout est authentique. Alors si vous n’aimez pas cette vidéo, aimez la.

I’m the prince of parties

21 avril 2008

Pendant que je prépare mon baluchon pour retourner sur la capitale pour un projet ULTRA SECRET IMPLIQUANT DU SEXE (bien sûr que je vous en parlerai, est-ce qu’on a déjà été contre les keywords pervers ici ?), quelques kilo octets en préliminaire :

Pourquoi sa 1ère fois n’est pas une affaire d’état etttt

Fluffy, nouveau spécialiste mode sur Doctissimo, regardez comme il est mignon. On dirait presque qu’il est l’enfant légitime de Tori Spelling.

mikados au chocolat blanc, sncf et magazines féminins

18 avril 2008

Je viens de faire une sieste de DEUX heures ENTIERES donc je suppose que Paris, c’était bien (mais crevant).

p.s : est-ce que quelqu’un a acheté le « very ELLE » ? Mon oeil a cru y voir un « Britney Spears, sauvée par la littérature« , titre aussi mystérieux que le Triangle des Bermudes, et sachant le prix du hors-série (5 euros, ça fait 8.5 dollars – soit un repas chinois complet), j’aimerais ne pas me faire berner, surtout par ELLE.

Ma 2ème vidéo avec vimeo

14 avril 2008


I’m leaving today – episode 2 from Bobby Freckles on Vimeo

WAOUH j’ai l’air défoncée sur cette image fixe. Et on dirait que j’ai des gros nichons. Je suis un peu la fille idéale en quelque sorte. (j’ai un soutif rembourré Etam)

teenage dirtbag

12 avril 2008

Je suis en train de regarder le MTV Hits « i wish it was 2000″ après une dure journée / semaine riches en rebondissements comme un épisode de Dead Like Me (qu’on peut légitimement appeler « ma nouvelle obsession » depuis qu’un soir à 1h du mat mon doigt a zappé sur France4) et vous avez remarqué que plus on grandit moins on se fait d’amis ? De vrais amis j’veux dire, de ceux à qui on demanderait leur pire expérience sexuelle et avec qui on pourrait passer une soirée à mater un teen movie en mâchouillant du popcorn.

POURQUOI ?

Généralement, on rencontre ses amis pour la vie à l’école, où dans une période de notre vie où on est un peu taré : on sort pas mal, on rigole dès que quelqu’un pète, on vide les bouteilles de gin comme si c’était du jus de pomme. Nos parents connaissent forcément nos amis pour la vie, mais ils ne savent jamais ce qu’on fait avec eux. Ils s’imaginent qu’ensemble on mange des cookies en riant sur la dernière blague de Nagui, ce qui est potentiellement vrai, mais pas dans un état lucide.

En gros, les amis pour la vie, ce sont ceux qui vous ont vus dans vos pires états physiques (ils vous ont tenus les cheveux pendant que vous vomissiez) / émotionnels (ils vous ont soutenus quand votre connard d’ex ne vous a pas rappelée). Ils ne vous disent jamais quoi faire, mais ils sont quand même impliqués. Vous vous voyez vivre ça avec Dudu votre collègue du bureau d’en face ? Trop compliqué. Dudu pourrait avoir des dossiers sur vous – et Dudu est pas assez fonky pour que vous ayez un quelconque dossier sur lui.

Sauf qu’en grandissant, les occasions de se rapprocher des gens manquent, je suppose. On ne se dit plus ses secrets, on se « confie ». On ne va pas boire l’apéro, on « va boire un verre ensemble après le boulot ». On ne va plus faire un tour en vélo avec Emilie, on va « la recevoir à dîner ».

C H I A N T

Okay je sais ce que vous allez penser, vous allez penser que je dis ça comme ça mais qu’une fois le moment venu jamais je le ferai, comme si c’était un truc irréalisable ou qu’il y avait une force irrésistible qui pourrait me retenir, mais quand j’aurai 40 ans ou même 50 je sais que je ferai encore des soirées pyjama, et on fumera de l’herbe magique confisqué à mon gamin (interdiction de sortir pendant 15 jours) dans mon jardin la nuit en rigolant comme des bossues et en marchant sur les grenouilles.