Le blog d'Elixie
Elixie Elixie

colorado blues

24 décembre 2013

girl

Je crois que j’ai passé une très bonne année.
C’était pourtant mal parti. A tel point qu’un jour mon coiffeur m’a dit : « Vous avez eu un choc émotionnel en janvier ? Parce que vous perdez beaucoup vos cheveux, et généralement c’est ce qui se passe six mois après« . Je revenais d’un reportage au fin fond de l’Ariège, les pieds trempés. J’avais passé un Nouvel An au fond de la cuvette (littéralement). Rien n’était cool. Et puis un matin, je me suis réveillée, et les choses avaient pris une teinte plus illuminée. J’ai réservé un billet pour l’Arizona – je n’avais pas beaucoup de sous mais on ne regrette jamais d’être fauché après avoir voyagé. J’ai vu le soleil se lever dans le désert. J’ai oublié de prendre des cactus en photo. J’ai développé un syndrome de Stendhal à Monument Valley et j’ai eu un fou rire à notre arrivée en Utah quand mon mec, qui conduisait, s’est mis à hurler : « Mais il pleut de la merde ! » (nous étions alors aux abords d’une centrale à charbon)(mes fous rires sont toujours provoqués par des micro-évènements qui n’amusent personne)(aussi, il fallait y être). De manière générale, j’ai beaucoup ri avec mon mec. Début juillet, j’ai couvert le festival international des sosies à Valras-plage, ce qui a ébranlé quelque chose d’infiniment petit chez moi. J’ai refusé un job de commentatrice de belote (mon plus grand regret). J’ai manqué un mariage en Touraine (mon second plus grand regret). J’ai enfin vu l’Ardèche, même si ce n’était pas le truc le plus intelligent à faire au mois d’août. J’ai été en Dordogne pour un reportage, puis dans les Landes pour un autre reportage et j’ai passé plusieurs jours à Marseille pour un autre reportage qui ne s’est pas fait pour moult raisons, notamment parce que je me suis fait planter par des Malgaches (longue histoire). J’y ai également fracassé le feu arrière de ma Corsa (courte histoire). Bon après ça c’était trop d’émotion, et j’ai passé 4 jours à me nourrir de smoothies et de salades de crevettes-avocat en regardant Orange Is The New Black. J’ai vu l’aube brumeuse glisser sur le tarmac d’une base aérienne. J’ai bu de l’alcool à 10h30 un jeudi matin. J’ai tenu un flingue entre les mains. Un homme m’a dit : « Je crois que la solution, ce serait qu’il meure. Il faudrait que je le tue, en fait » (sans lien de causalité avec la phrase précédente). J’ai vu dans mon jardin : un geai, deux pic-verts, deux hérissons et un écureuil roux. J’ai fait des rencontres épatantes. La pétanque a eu une place étrangement prépondérante. Tout comme le vin rouge, mais c’est moins étrange. J’ai discuté avec des ufologues pendant cinq ou six heures. J’ai écouté la chanson « Bad, Bad Leroy Brown« , UN TAS de fois. J’ai lu moins de livres que d’habitude, mais tous très bons. J’ai vu plus de films que d’habitude, mais pas forcément très bons. J’ai pleuré de rire devant cette vidéo et passé beaucoup trop de temps à jouer à Rayman. Quand on a raconté à ma mère comment on avait surpris un homme en train de se masturber frénétiquement tout en lorgnant sur les ouvriers du chantier d’à côté, elle a répondu : « Oh, ben si ça lui fait plaisir ». Et voilà, je pense que je peux finir sur cette phrase, avec mon vieux tee-shirt Undeclinable sur le dos, prête à faire dodo.

gin & tonic

6 décembre 2013

j’ai envie d’écrire des pages et des pages etdespages mais le temps que les idées se forment et qu’elles s’articulent et qu’elles aillent à leur place les mots finissent           par             se   suivre
                                                                                                                                                        lentement

et je voudrais un pull angora rose mais à la place j’ai un vieux machin brouté par les mites datant de mon premier rappel de l’URSSAF ; en plus c’est la merde parce que je cherche une chanson entendue y a deux mois et quels indices on peut donner dans ces cas-là ? « c’est une mélodie des années 60-70, chantée par une femme et ça ressemblait à du Joni Mitchell » ? BON SANG. Mais sinon en ce moment je réécris un scénario suédois et ça parle d’un garçon type Elephant Man qui joue à la pétanque et c’est vraiment chouette, notamment parce que j’adore dire « hummm moi je l’aurais plutôt formulé comme ça« . Ce n’est pas mon trait de caractère le plus agaçant, ceci dit : l’autre jour par exemple j’ai découvert que je faisais des blagues de mauvais goût dès que j’étais un chouïa mal-à-l’aise. Ce qui constitue peut-être une incompatibilité avec le fait que je me sens mal-à-l’aise dès que les gens répondent au premier degré à une de mes blagues. L’automne dernier, dans un bar, j’ai dit à un mec : « Je te connais de quelque part mais je ne sais pas d’où. Si c’est pas de la fac, ça doit être d’une émission de télé-réalité » et le type a répondu du tac-au-tac : « HEIN ?! Mais je T’EMMERDE, pourquoi j’aurais fait une télé-réalité ? ». Et bon, déjà que c’est pas terrible en soi, mais celle-là, elle était compliquée à expliquer. En fait c’était une private joke à moi-même parce qu’un jour, à la sortie d’un concert, j’ai croisé un gars qui m’avait l’air familier. J’étais persuadée de le connaître. Alors quand il est venu me demander du feu je lui ai posé la question. « Tu travailles où ? » – à la banque. « Et tu as fait tes études où ? » – à Paris. et ça a duré comme ça quelques minutes avant qu’il ne se décide à me dire : « En fait je crois savoir d’où tu me connais. J’ai fait Loft Story 2 il y a dix ans ». Et c’était Thomas de Loft Story 2. THE END.

JLS & TMG

26 novembre 2013

Dans le dernier Vanity Fair, les dernières lignes sont cette phrase de Valérie Lemercier : « Seigneur Jésus, faites que jamais personne ne m’oblige, avec un revolver sur la tempe, à manger le caca de David Douillet« . Je dois me lever à 7h45 demain matin. J’ai regardé beaucoup de scripted-reality et de documentaires ces derniers temps ; mais je cherche toujours celui-ci. J’ai voulu mettre à jour mon tumblr, peut-être plus tard. J’ai posé une dizaine de questions à un auteur de pulp britannique, puis deux-trois à un géologue ; mais je cherche toujours un sismologue à enquiquiner. J’ai un nouveau pull. Il est bleu ciel. Quelqu’un m’a dit qu’il ressemblait à une serpillère. Le premier single de Jamie Lynn Spears est étonnamment bon. Enfin, sauf si l’on écoute Cass McCombs en boucle, j’imagine. J’ai appris que les oiseaux dans mon jardin étaient des grives musiciennes. J’ai fait une overdose de champagne. J’ai pleuré devant un petit discours. C’était avant l’overdose de champagne. Je me suis fait enflée pour un article. C’était un article que j’aimais bien, pourtant. J’ai un kodak jetable avec des photos de l’Islande, des Cévennes et de l’Arizona dessus, il n’est pas tout-à-fait fini. J’ai fait du sauna en pleine nuit, avec la douche à l’eau de pluie, yadda yadda. Parfois, je me demande s’il est possible d’être un professionnel de l’amateurisme, et ce que ça voudrait dire. Dans ma liste de Noël / anniversaire, j’ai mis plusieurs autobiographies d’acteurs de seconde zone. J’ai reçu deux taxes d’habitation. Le facteur avait aussi mis celle de la voisine dans ma boîte aux lettres. Il s’est probablement dit « tant qu’à faire ». J’aimerais jouer plus souvent au tarot. J’ai participé à des essayages de robes de mariée. J’ai écrit sur un garçon qui joue à la pétanque. J’ai lu trois semaines après une histoire sur un garçon qui joue à la pétanque. J’ai envoyé balader une personne. Je crois que j’ai grossi. A ce jour, j’en suis à 17 soupes, 0 raclette.

I found a note

26 octobre 2013

— Rapport au post précédent :

Après moult délibérations avec moi-même, j’ai enfin choisi mes 2 anecdotes préférées. Si les élu(e)s de la lettre manuscrite ne répondent pas à mon mail (parce qu’ils ont trop peur, ce qui est bien légitime), je choisirai la personne suivante dans mon top 5. Le but étant que la lettre arrive pour le 31 octobre.

Merci à tous ceux qui ont participé et qui nous ont fichu les miquettes, c’était vraiment super ! Même si, après les avoir lues le soir, il va de soi que :

I-dont-believe-you

 

Strange stories & tartine au Nutella

12 octobre 2013

Les potimarrons réapparaissent sur les étalages des marchés, Halloween est dans quelques semaines, et je lis par conséquent beaucoup d’histoires étranges et autres petites coïncidences en ce moment (préférablement seule). Alors j’ai eu une idée (peut-être un peu nulle).

J’aimerais que vous me racontiez la chose la plus étrange qui vous soit arrivée et pour laquelle vous n’avez pas (encore) d’explications. Une anecdote pas forcément zinzin mais vraie, et à laquelle vous repensez parfois en vous demandant ce qui a bien pu se passer ce jour-là. Et pour ce faire, je vais faire un truc vraiment effrayant : ouvrir les commentaires. Comme ça tout le monde pourra en profiter (ou admirer qu’il n’y a plus qu’un ou deux fantômes qui traînent encore par ici, et que c’est ma mère)(sous deux pseudos différents).

En échange, j’enverrai aux deux personnes qui ont posté mes anecdotes préférées une lettre manuscrite avec mon petit fait curieux à moi.

 

Voilà, j’espère que ça vous bottera et qu’on va tous se foutre les chocottes ensemble.

Soda Pop II

3 septembre 2013

Voici les 5 meilleures anecdotes apprises ces 29 derniers jours :

  1. Foux du fafa, la chanson des Flight of The Conchords, a été inspirée par la chanson Des tas d’cadeaux de Boris Vian (France Inter)
  2. Mae West a fini sa vie à la Boulevard du Crépuscule, habillée comme une drag-queen et perchée (Interview d’Amanda Lear, Schnock n°2)
  3. Morgan Freeman a une fille qui s’appelle Morgana Freeman.
  4. Dans les années 80, la violence dans les bars londoniens était plus accrue que dans les années 90 lorsque l’ecstasy est apparue, selon Simon Pegg (Reddit)
  5. Quentin Tarantino a joué un sosie d’Elvis dans un épisode de Golden Girls en 1988 (FilmDrunk)

The Canyons : Faux Cils, Néons & Porno

4 août 2013

Je ne dors pas beaucoup depuis le début de l’été. La sueur qui naît derrière les genoux, la voiture à conduire chez le garagiste, le cerveau en légère surchauffe. Ca faisait deux mois que je n’avais pas fini un livre. J’étais tellement préoccupée par le fait de raconter des histoires que je ne lisais plus d’histoires. Bon, hier soir, j’en ai lu une d’une traite (175 pages). Est-ce qu’il vous arrive d’écouter de la musique surchargée en saccharose durant les premières heures de la nuit ? Voilà à quoi ça ressemblait. Ensuite, j’ai regardé le prix des billets d’avion pour le Wyoming. Tous comptaient plus de chiffres que le solde de mon compte en banque.

Je vous raconte ça pour expliquer l’état d’esprit dans lequel je me trouvais ce matin, dans les poussières de neuf heures, lorsque j’ai appuyé sur play.

The Bling Ring ressemblait à un téléfilm de la TNT (j’ai interviewé l’ex-avocat d’Alexis Neiers, une scénariste d’E! Entertainment et la journaliste à l’origine du film de Coppola pour un papier-fleuve de 20 000 signes qui, au passage risque de finir dans les méandres d’un disque dur, donc je SAIS ce qu’il aurait pu être et ce qu’il n’est pas) et Spring Breakers était, à mon avis, une imposture. Pacific Rim était géant. La scène d’ouverture de Pacific Rim m’a donné une érection coronaire. Je pense le voir une seconde fois au cinéma, puis le garder en souvenir à tout jamais.

Je vous dis ça pour donner une idée de mes derniers goûts cinématographiques, au cas où.

Au vu des trailers et des articles parus sur le sujet, The Canyons ne présageait rien de bon. Bon sang, les festivals de Sundance et de SXSW avaient refusé de présenter le film pour ses qualités artistiques déplorables ! Et sur moi, l’amateurisme, combiné au trash facile, me fait l’effet d’un PMS ultra violent. Il fallait se rappeler que Bret Easton Ellis maîtrisait la paranoïa qui gonfle l’asphalte de Los Angeles, que Paul Schrader serait aux commandes du film à petit budget. Quand ce dernier a écrit Shooting Stars, à propos de Lindsay Lohan, je me suis dit : « et bien d’accord, Paul ».

Je comprends les articles parus sur le sujet. Je comprends les organisateurs du festival. Mais je comprends aussi Bret Easton Ellis quand il dit : « Je crois que THE CANYONS est une question d’état d’esprit et de monde, pas d’intrigue. C’est le cas des meilleurs films« . Dans La Rivière du sixième jour, Norman Maclean raconte que, gamin, son institutrice lui répétait qu’une chose ne pouvait pas être « plus que parfaite » et qu’il avait découvert adulte que cette affirmation était fausse. Et ça, c’est quelque chose que je comprends à fond. Au-delà de la perfection se trouve une stratosphère où l’imperfection ne peut que rendre le résultat « plus que parfait ». Je vais tenter de donner des exemples pour faire ma démonstration :

  • La scène mal-cadrée où Ryan est assis dans le bureau de son boss. A un moment, la tête du type est coupée de telle façon que le cadreur a l’air de s’être assoupi.
  • Les légers mouvements de caméra lorsque Tara et Gina déjeunent à la terrasse du restaurant, et qui donnent l’impression d’avoir utilisé des rushs de répétition.
  • Le moment où Tara rattrape la bouteille d’eau, un détail oh-tellement série Z.
  • Le maquillage à la truelle de Lindsay Lohan, que j’aurais pu reproduire un soir d’été après deux gin-tonic.
  • Toutes les fois où la fumée de cigarette de Tara dégouline partout sur l’écran.

Tout ça est contenu dans la stratosphère de la perfection-imperfection dès lors que :

  • James Deen est crédible. 
  • Lindsay Lohan a quelques répliques fabuleuses à propos du cinéma. De manière générale, même si les acteurs sont l’inverse de ceux qu’ils incarnent à l’écran, ils parlent tout le temps d’eux-mêmes.
  • Los Angeles n’est pas sublimée, ce n’est rien d’autre que Los Angeles.
  • Tous les codes du genre néo-noir sont réunis et passés au vernis de l’époque.
  • La B.O. sonne comme l’existence des protagonistes (est-ce que ça fait sens ?).

En d’autres termes, si l’amateurisme me débecte, rien ne me plait plus que le faux amateurisme. Il y a bien quelques défauts de scénario (Christian qui explique à son psy pourquoi il va chez un psy alors qu’il en est sûrement à la 22ème séance). Oh, et Lindsay Lohan qui était alors déformée par je-sais-quelles-injections. Et un micro-détail : Bret Easton Ellis étant fan de The Hills, n’aurait-il pas été plus cool que Ryan ne vienne, non pas du Michigan, mais du Montana comme Heidi Montag ? (Non ? Peut-être que non). Pas grand chose.

Je regrette de ne pas avoir filé un peu de pognon pour la production du film. Parce que je sais qu’un tas de gens vont probablement regretter de l’avoir fait.

Soda Pop

27 juillet 2013

Les 5 meilleures anecdotes apprises ces 27 derniers jours :

  1.  Tori Spelling a une poule qui s’appelle Coco Chanel (La nouvelle vie de Tori Spelling, Chérie 25)
  2.   »Ils m’ont demandé si je connaissais une petite dame avec une perruque blonde et un chihuahua« - La mémé chez qui Amanda Bynes a lancé un feu, interrogée par les policiers (TMZ)
  3. Macauley Culkin vivrait en coloc avec Pete Doherty à Paris (Les Inrocks)
  4.  A la sortie de son séjour en centre de désintox, Lindsay Lohan sera filmée par les caméras d’Oprah Winfrey pour une série-documentaire de 8 épisodes (Vanity Fair)
  5. Rob Kardashian possède toujours sa ligne de chaussettes (Keeping Up With The Kardashians, Saison 8)