Le blog d'Elixie
Elixie Elixie

stupid parkway

1 février 2014

Hier, entre les sept et neuf heures du matin, la vie est apparue comme différente.
J’étais là, à trainer ma grosse valise sur le boulevard Magenta, quand j’aperçus sur le trottoir d’en face un SDF dans une position inhabituelle. Sous l’enseigne lumineuse d’un magasin, il avait mis deux cartons l’un sur l’autre et, à genoux, il lisait le journal ouvert dessus.

Et j’ai mis un petit moment à réaliser que, s’il avait monté cette table de fortune, c’était pour mieux croiser ses bras et tenir sa doudoune contre lui. Ce mec, qui devait avoir quarante ans passés, était agenouillé sur le bitume glacé de janvier parce qu’il était en train de lire des nouvelles du monde. Ca m’a vraiment fait quelque chose. Qu’il lise les pages sport, l’horoscope ou les petites annonces, ça m’a fait quelque chose. Je ne saurais pas vraiment expliquer pourquoi. Disons que dans ce quelque chose, il y avait un peu de chagrin, un peu de joie, un peu d’abattement et un peu d’émoi.

A l’aéroport, peu après le lever du soleil, l’électricité a sauté. Les écrans d’affichage, les portillons de la sécurité et les néons des boutiques se sont éteints d’un coup, plongeant tout l’étage dans le noir. Des cris d’effroi se sont alors échappés de la foule. Je ne parle pas d’exclamations étonnées ou de petits « ah ! » de surprise. Des gens se sont vraiment mis à CRIER comme s’il s’agissait d’une attaque de zombies. Et là je me suis dit qu’on était mal barré.

After all the breath and the dirt and the fires that burn

7 janvier 2014

FAUCONNIERS-Prolhac-S_01small

Photo : Sandy Prolhac

J’ai écrit un papier sur les repas ufologiques qui se tiennent au Flunch de Toulouse tous les mois ; et voici mon reportage au sein de la fauconnerie de la base aérienne 118. Si vous avez le temps, ça m’intéresserait beaucoup de savoir lequel vous avez préféré et pourquoi.

 

cherry pie

29 décembre 2013

A chaque fois que j’entends les paroles « You want party in France ? » dans la chanson Work B*tch, j’imagine un Amerloque qui se déhanche dans une boîte de Marmande, hurlant par-dessus la musique « I’M LIVING THE DREAM ! ».

Par ailleurs, ce docu sur le sujet est pas trop mal. Notamment parce qu’on n’avait pas vu Britney danser comme ça depuis 2003 – edit: et parce que son accent quand elle téléphone à sa frangine pour Thanksgiving.

colorado blues

24 décembre 2013

girl

Je crois que j’ai passé une très bonne année.
C’était pourtant mal parti. A tel point qu’un jour mon coiffeur m’a dit : « Vous avez eu un choc émotionnel en janvier ? Parce que vous perdez beaucoup vos cheveux, et généralement c’est ce qui se passe six mois après« . Je revenais d’un reportage au fin fond de l’Ariège, les pieds trempés. J’avais passé un Nouvel An au fond de la cuvette (littéralement). Rien n’était cool. Et puis un matin, je me suis réveillée, et les choses avaient pris une teinte plus illuminée. J’ai réservé un billet pour l’Arizona – je n’avais pas beaucoup de sous mais on ne regrette jamais d’être fauché après avoir voyagé. J’ai vu le soleil se lever dans le désert. J’ai oublié de prendre des cactus en photo. J’ai développé un syndrome de Stendhal à Monument Valley et j’ai eu un fou rire à notre arrivée en Utah quand mon mec, qui conduisait, s’est mis à hurler : « Mais il pleut de la merde ! » (nous étions alors aux abords d’une centrale à charbon)(mes fous rires sont toujours provoqués par des micro-évènements qui n’amusent personne)(aussi, il fallait y être). De manière générale, j’ai beaucoup ri avec mon mec. Début juillet, j’ai couvert le festival international des sosies à Valras-plage, ce qui a ébranlé quelque chose d’infiniment petit chez moi. J’ai refusé un job de commentatrice de belote (mon plus grand regret). J’ai manqué un mariage en Touraine (mon second plus grand regret). J’ai enfin vu l’Ardèche, même si ce n’était pas le truc le plus intelligent à faire au mois d’août. J’ai été en Dordogne pour un reportage, puis dans les Landes pour un autre reportage et j’ai passé plusieurs jours à Marseille pour un autre reportage qui ne s’est pas fait pour moult raisons, notamment parce que je me suis fait planter par des Malgaches (longue histoire). J’y ai également fracassé le feu arrière de ma Corsa (courte histoire). Bon après ça c’était trop d’émotion, et j’ai passé 4 jours à me nourrir de smoothies et de salades de crevettes-avocat en regardant Orange Is The New Black. J’ai vu l’aube brumeuse glisser sur le tarmac d’une base aérienne. J’ai bu de l’alcool à 10h30 un jeudi matin. J’ai tenu un flingue entre les mains. Un homme m’a dit : « Je crois que la solution, ce serait qu’il meure. Il faudrait que je le tue, en fait » (sans lien de causalité avec la phrase précédente). J’ai vu dans mon jardin : un geai, deux pic-verts, deux hérissons et un écureuil roux. J’ai fait des rencontres épatantes. La pétanque a eu une place étrangement prépondérante. Tout comme le vin rouge, mais c’est moins étrange. J’ai discuté avec des ufologues pendant cinq ou six heures. J’ai écouté la chanson « Bad, Bad Leroy Brown« , UN TAS de fois. J’ai lu moins de livres que d’habitude, mais tous très bons. J’ai vu plus de films que d’habitude, mais pas forcément très bons. J’ai pleuré de rire devant cette vidéo et passé beaucoup trop de temps à jouer à Rayman. Quand on a raconté à ma mère comment on avait surpris un homme en train de se masturber frénétiquement tout en lorgnant sur les ouvriers du chantier d’à côté, elle a répondu : « Oh, ben si ça lui fait plaisir ». Et voilà, je pense que je peux finir sur cette phrase, avec mon vieux tee-shirt Undeclinable sur le dos, prête à faire dodo.

gin & tonic

6 décembre 2013

j’ai envie d’écrire des pages et des pages etdespages mais le temps que les idées se forment et qu’elles s’articulent et qu’elles aillent à leur place les mots finissent           par             se   suivre
                                                                                                                                                        lentement

et je voudrais un pull angora rose mais à la place j’ai un vieux machin brouté par les mites datant de mon premier rappel de l’URSSAF ; en plus c’est la merde parce que je cherche une chanson entendue y a deux mois et quels indices on peut donner dans ces cas-là ? « c’est une mélodie des années 60-70, chantée par une femme et ça ressemblait à du Joni Mitchell » ? BON SANG. Mais sinon en ce moment je réécris un scénario suédois et ça parle d’un garçon type Elephant Man qui joue à la pétanque et c’est vraiment chouette, notamment parce que j’adore dire « hummm moi je l’aurais plutôt formulé comme ça« . Ce n’est pas mon trait de caractère le plus agaçant, ceci dit : l’autre jour par exemple j’ai découvert que je faisais des blagues de mauvais goût dès que j’étais un chouïa mal-à-l’aise. Ce qui constitue peut-être une incompatibilité avec le fait que je me sens mal-à-l’aise dès que les gens répondent au premier degré à une de mes blagues. L’automne dernier, dans un bar, j’ai dit à un mec : « Je te connais de quelque part mais je ne sais pas d’où. Si c’est pas de la fac, ça doit être d’une émission de télé-réalité » et le type a répondu du tac-au-tac : « HEIN ?! Mais je T’EMMERDE, pourquoi j’aurais fait une télé-réalité ? ». Et bon, déjà que c’est pas terrible en soi, mais celle-là, elle était compliquée à expliquer. En fait c’était une private joke à moi-même parce qu’un jour, à la sortie d’un concert, j’ai croisé un gars qui m’avait l’air familier. J’étais persuadée de le connaître. Alors quand il est venu me demander du feu je lui ai posé la question. « Tu travailles où ? » – à la banque. « Et tu as fait tes études où ? » – à Paris. et ça a duré comme ça quelques minutes avant qu’il ne se décide à me dire : « En fait je crois savoir d’où tu me connais. J’ai fait Loft Story 2 il y a dix ans ». Et c’était Thomas de Loft Story 2. THE END.

JLS & TMG

26 novembre 2013

Dans le dernier Vanity Fair, les dernières lignes sont cette phrase de Valérie Lemercier : « Seigneur Jésus, faites que jamais personne ne m’oblige, avec un revolver sur la tempe, à manger le caca de David Douillet« . Je dois me lever à 7h45 demain matin. J’ai regardé beaucoup de scripted-reality et de documentaires ces derniers temps ; mais je cherche toujours celui-ci. J’ai voulu mettre à jour mon tumblr, peut-être plus tard. J’ai posé une dizaine de questions à un auteur de pulp britannique, puis deux-trois à un géologue ; mais je cherche toujours un sismologue à enquiquiner. J’ai un nouveau pull. Il est bleu ciel. Quelqu’un m’a dit qu’il ressemblait à une serpillère. Le premier single de Jamie Lynn Spears est étonnamment bon. Enfin, sauf si l’on écoute Cass McCombs en boucle, j’imagine. J’ai appris que les oiseaux dans mon jardin étaient des grives musiciennes. J’ai fait une overdose de champagne. J’ai pleuré devant un petit discours. C’était avant l’overdose de champagne. Je me suis fait enflée pour un article. C’était un article que j’aimais bien, pourtant. J’ai un kodak jetable avec des photos de l’Islande, des Cévennes et de l’Arizona dessus, il n’est pas tout-à-fait fini. J’ai fait du sauna en pleine nuit, avec la douche à l’eau de pluie, yadda yadda. Parfois, je me demande s’il est possible d’être un professionnel de l’amateurisme, et ce que ça voudrait dire. Dans ma liste de Noël / anniversaire, j’ai mis plusieurs autobiographies d’acteurs de seconde zone. J’ai reçu deux taxes d’habitation. Le facteur avait aussi mis celle de la voisine dans ma boîte aux lettres. Il s’est probablement dit « tant qu’à faire ». J’aimerais jouer plus souvent au tarot. J’ai participé à des essayages de robes de mariée. J’ai écrit sur un garçon qui joue à la pétanque. J’ai lu trois semaines après une histoire sur un garçon qui joue à la pétanque. J’ai envoyé balader une personne. Je crois que j’ai grossi. A ce jour, j’en suis à 17 soupes, 0 raclette.

I found a note

26 octobre 2013

— Rapport au post précédent :

Après moult délibérations avec moi-même, j’ai enfin choisi mes 2 anecdotes préférées. Si les élu(e)s de la lettre manuscrite ne répondent pas à mon mail (parce qu’ils ont trop peur, ce qui est bien légitime), je choisirai la personne suivante dans mon top 5. Le but étant que la lettre arrive pour le 31 octobre.

Merci à tous ceux qui ont participé et qui nous ont fichu les miquettes, c’était vraiment super ! Même si, après les avoir lues le soir, il va de soi que :

I-dont-believe-you

 

Strange stories & tartine au Nutella

12 octobre 2013

Les potimarrons réapparaissent sur les étalages des marchés, Halloween est dans quelques semaines, et je lis par conséquent beaucoup d’histoires étranges et autres petites coïncidences en ce moment (préférablement seule). Alors j’ai eu une idée (peut-être un peu nulle).

J’aimerais que vous me racontiez la chose la plus étrange qui vous soit arrivée et pour laquelle vous n’avez pas (encore) d’explications. Une anecdote pas forcément zinzin mais vraie, et à laquelle vous repensez parfois en vous demandant ce qui a bien pu se passer ce jour-là. Et pour ce faire, je vais faire un truc vraiment effrayant : ouvrir les commentaires. Comme ça tout le monde pourra en profiter (ou admirer qu’il n’y a plus qu’un ou deux fantômes qui traînent encore par ici, et que c’est ma mère)(sous deux pseudos différents).

En échange, j’enverrai aux deux personnes qui ont posté mes anecdotes préférées une lettre manuscrite avec mon petit fait curieux à moi.

 

Voilà, j’espère que ça vous bottera et qu’on va tous se foutre les chocottes ensemble.