Le blog d'Elixie
Elixie Elixie

I hope that she’s a Riot Grrrl

1 octobre 2014

Sous ses volutes de sa quatrième Lucky Strike, une voyante de Metz m’avait un jour prédit que j’aurais un garçon « et puis voilà ». Et alors que personne n’est encore au courant, pas même nos parents, une copine – que je n’ai pas vue depuis deux ans – m’envoie un mail pour me dire qu’elle avait rêvé que j’étais enceinte d’un garçon et que, portée sur les cimes du mauvais goût, je lui avais acheté un cosy blanc, soit « un truc de cagole, l’équivalent des bottes blanches ». Tout ceci me permettait de soutenir que, selon toute logique, nos petits gamètes avaient créé un individu de sexe masculin.

 

@–’–,– L’organe génital de Schrödinger –’–,–@
Expérience selon laquelle un foetus est enfermé dans un utérus et qui, jusqu’à l’échographie morphologique, est simultanément des deux sexes.

Je n’espère rien de particulier. Aucune préférence spécifique. Je n’ai jamais vu les « pour » et les « contre » de chaque sexe. J’ai connu des petits garçons plus délicats qu’un pissenlit et des petites filles qui proutaient sur le nez de leur chat de compagnie. Je déteste les slips Spiderman et les sac-à-dos Hello Kitty. Durant ma période cerveau-petit pois où j’arpentais les profondeurs vaseuses d’Internet, j’avais découvert quantité de forums où des futures mères racontaient combien elles étaient déçues et tristes et honteuses de ne pas attendre un enfant du sexe désiré. C’est quelque chose que je pouvais comprendre – les raisons peuvent être nombreuses – mais qui ne me parle pas vraiment.

Dans mon ignorance donc, mon enfant est simultanément des deux sexes. Face à la raison (les probabilités d’enfanter un hermaphrodite étant plutôt faibles), l’intuition est mon unique rempart. Si vous me demandez, et parce que j’y pense souvent, je vous dirais que je « sens » plus un garçon. Ce genre de presciences. Jusqu’à l’échographie.

girl

C’est étrange. Elle est là, à sautiller dans son liquide amniotique, et c’est comme découvrir une vérité que je connais déjà. Rien à voir avec le fameux « au fond, je l’ai toujours su » : je suis plutôt surprise par l’évidence. Elle bouge trop pour que son visage apparaisse nettement à l’écran. Son frifri, en revanche, se présente sous tous les angles. Depuis, les mémés dans les transports en commun me disent : « C’est une fille, bien sûr ? ».

Et c’est tellement super. Je suis nulle en tresses, mais j’apprendrai. Son père dit qu’il lui fera graver un Opinel à son nom, « JOHN RAMBA », pour lui apprendre le lancer de couteaux. Pour le reste, j’imagine qu’on improvisera.

Ce qui ressort de l’expérience de l’organe génital de Schrödinger, c’est que l’un dans l’autre, arrive un moment où vous devez faire le « deuil » de l’autre sexe. Si vous avez un garçon, vous devez d’une certaine manière faire le « deuil » de votre fille et si vous avez une fille, le « deuil » de votre garçon.

Mais à la dernière échographie, stupeur et éblouissement !
L’expérience capote.

Mon enfant est dodue. Si dodue qu’un bourrelet apparaît sans équivoque sur son front.

chow_chow

Conclusion : il s’agit donc, en réalité, d’un chow-chow.

(3/3)