Le blog d'Elixie
Elixie Elixie

Et le dimanche soir

7 septembre 2014

La série de l’été sur les anecdotes pas trop trop connues du cinéma français est terminée. Dans la lignée des making-of, voici les quatre petites histoires qui n’ont pas passé l’épreuve du feu (parce qu’elles pouvaient se résumer à une ou deux phrases ou parce que, ne pouvant les vérifier, elles pouvaient tout aussi bien être de simples légendes urbaines) :

  1. Laurent Baffie a appelé son premier court-métrage Espèce de gros con. De cette façon, il pouvait aller voir les producteurs et leur lancer : « Tu veux pas produire mon film, Espèce de gros con ? » (Source : A la recherche des Clefs de bagnole, de Benoît Marchisio)
  2. Un jour où Marlene Dietrich dînait au restaurant parisien « Le Coupe-Chou », elle demanda à se rendre aux toilettes. Horreur ! Il s’agissait de toilettes turques (le cauchemar de tout Occidental). Après ce bref passage aux latrines, Dietrich aurait déclaré : « C’est formidable, ça me rappelle les bombardements pendant la guerre ! » (Source : le site du Coupe-Chou)
  3. Le réalisateur chilien Raoul Ruiz a appris ses premiers rudiments de français en écoutant les histoires extraordinaires de Pierre Bellemare sur Europe 1 « parce qu’[il] était celui dont l’élocution était la plus claire » (Source : Le Bonheur est pour demain, de Pierre Bellemare)
  4. Rihanna a donné son autorisation pour l’utilisation de sa chanson Diamonds dans le film Bande de filles de Céline Sciamma après avoir visionné la séquence (hypothèse : GRATIS ou presque) (Source : Télérama)