Le blog d'Elixie
Elixie Elixie

stupid parkway

1 février 2014

Hier, entre les sept et neuf heures du matin, la vie est apparue comme différente.
J’étais là, à trainer ma grosse valise sur le boulevard Magenta, quand j’aperçus sur le trottoir d’en face un SDF dans une position inhabituelle. Sous l’enseigne lumineuse d’un magasin, il avait mis deux cartons l’un sur l’autre et, à genoux, il lisait le journal ouvert dessus.

Et j’ai mis un petit moment à réaliser que, s’il avait monté cette table de fortune, c’était pour mieux croiser ses bras et tenir sa doudoune contre lui. Ce mec, qui devait avoir quarante ans passés, était agenouillé sur le bitume glacé de janvier parce qu’il était en train de lire des nouvelles du monde. Ca m’a vraiment fait quelque chose. Qu’il lise les pages sport, l’horoscope ou les petites annonces, ça m’a fait quelque chose. Je ne saurais pas vraiment expliquer pourquoi. Disons que dans ce quelque chose, il y avait un peu de chagrin, un peu de joie, un peu d’abattement et un peu d’émoi.

A l’aéroport, peu après le lever du soleil, l’électricité a sauté. Les écrans d’affichage, les portillons de la sécurité et les néons des boutiques se sont éteints d’un coup, plongeant tout l’étage dans le noir. Des cris d’effroi se sont alors échappés de la foule. Je ne parle pas d’exclamations étonnées ou de petits « ah ! » de surprise. Des gens se sont vraiment mis à CRIER comme s’il s’agissait d’une attaque de zombies. Et là je me suis dit qu’on était mal barré.