Le blog d'Elixie
Elixie Elixie

colorado blues

24 décembre 2013

girl

Je crois que j’ai passé une très bonne année.
C’était pourtant mal parti. A tel point qu’un jour mon coiffeur m’a dit : « Vous avez eu un choc émotionnel en janvier ? Parce que vous perdez beaucoup vos cheveux, et généralement c’est ce qui se passe six mois après« . Je revenais d’un reportage au fin fond de l’Ariège, les pieds trempés. J’avais passé un Nouvel An au fond de la cuvette (littéralement). Rien n’était cool. Et puis un matin, je me suis réveillée, et les choses avaient pris une teinte plus illuminée. J’ai réservé un billet pour l’Arizona – je n’avais pas beaucoup de sous mais on ne regrette jamais d’être fauché après avoir voyagé. J’ai vu le soleil se lever dans le désert. J’ai oublié de prendre des cactus en photo. J’ai développé un syndrome de Stendhal à Monument Valley et j’ai eu un fou rire à notre arrivée en Utah quand mon mec, qui conduisait, s’est mis à hurler : « Mais il pleut de la merde ! » (nous étions alors aux abords d’une centrale à charbon)(mes fous rires sont toujours provoqués par des micro-évènements qui n’amusent personne)(aussi, il fallait y être). De manière générale, j’ai beaucoup ri avec mon mec. Début juillet, j’ai couvert le festival international des sosies à Valras-plage, ce qui a ébranlé quelque chose d’infiniment petit chez moi. J’ai refusé un job de commentatrice de belote (mon plus grand regret). J’ai manqué un mariage en Touraine (mon second plus grand regret). J’ai enfin vu l’Ardèche, même si ce n’était pas le truc le plus intelligent à faire au mois d’août. J’ai été en Dordogne pour un reportage, puis dans les Landes pour un autre reportage et j’ai passé plusieurs jours à Marseille pour un autre reportage qui ne s’est pas fait pour moult raisons, notamment parce que je me suis fait planter par des Malgaches (longue histoire). J’y ai également fracassé le feu arrière de ma Corsa (courte histoire). Bon après ça c’était trop d’émotion, et j’ai passé 4 jours à me nourrir de smoothies et de salades de crevettes-avocat en regardant Orange Is The New Black. J’ai vu l’aube brumeuse glisser sur le tarmac d’une base aérienne. J’ai bu de l’alcool à 10h30 un jeudi matin. J’ai tenu un flingue entre les mains. Un homme m’a dit : « Je crois que la solution, ce serait qu’il meure. Il faudrait que je le tue, en fait » (sans lien de causalité avec la phrase précédente). J’ai vu dans mon jardin : un geai, deux pic-verts, deux hérissons et un écureuil roux. J’ai fait des rencontres épatantes. La pétanque a eu une place étrangement prépondérante. Tout comme le vin rouge, mais c’est moins étrange. J’ai discuté avec des ufologues pendant cinq ou six heures. J’ai écouté la chanson « Bad, Bad Leroy Brown« , UN TAS de fois. J’ai lu moins de livres que d’habitude, mais tous très bons. J’ai vu plus de films que d’habitude, mais pas forcément très bons. J’ai pleuré de rire devant cette vidéo et passé beaucoup trop de temps à jouer à Rayman. Quand on a raconté à ma mère comment on avait surpris un homme en train de se masturber frénétiquement tout en lorgnant sur les ouvriers du chantier d’à côté, elle a répondu : « Oh, ben si ça lui fait plaisir ». Et voilà, je pense que je peux finir sur cette phrase, avec mon vieux tee-shirt Undeclinable sur le dos, prête à faire dodo.