Le blog d'Elixie
Elixie Elixie

my kind of people

31 mai 2012

J’aime bien cuisiner la nuit. Pour plusieurs raisons : la première, c’est que le lendemain, sur les coups de treize heures, il n’y a pas lieu de cogiter devant son frigo ouvert ; la deuxième, c’est que les chansons de Loretta Lynn prennent tout leur sens la nuit (comme c’est souvent le cas pour la musique country). Je pétris la pâte à pizza, je laisse mijoter une ratatouille et j’oublie un gâteau au yaourt & au miel cinq minutes de trop au four. Cuisiner la nuit s’avère aussi efficace pour prendre des décisions importantes. Probablement pour contrebalancer les choix dérisoires (« une ou deux pincées de sel ? »). J’aime assez prévoir des trucs. Pas tant par souci d’ultra-contrôle que par besoin d’attendre quelque chose. La routine donne des crampes d’estomac parce qu’elle annihile toute attente. Et j’ai besoin de savoir que quelque chose de PALPITANT va se passer. Sinon, mon sommeil s’en trouve affecté. Et je ne connais pas assez de recettes qui permettent de cuisiner toute la nuit.