Le blog d'Elixie
Elixie Elixie

Sunflowers & gasoline

25 février 2011

C’est l’époque où les listes de micro-évènements enchanteurs griffonnées dans le coin des pages ne font plus aucun effet. Elles sont là, comme ces fripes que l’on garde « au cas où ». On collectionne les micro-évènements enchanteurs pour se prouver qu’ils existent, devoir de mémoire insufflé par l’optimisme, mais quand vous les relisez ils s’avèrent inutiles parce qu’ils font déjà partie du passé. Et on se dit « oh, j’espère qu’un jour je remangerai des fraises en regardant le soleil se lever sur les toits de San Francisco » mais au fond, tout ce que l’on constate à cet instant précis, c’est que nous ne sommes pas en train de manger des fraises en regardant le soleil se lever sur les toits de San Francisco.

Après réflexion, j’ai décidé de faire l’inverse. Au mieux, ça peut être un exutoire honnête. Au pire, un bon exercice de relativisme.

LISTE DE MICRO-EVENEMENTS TRISTES, DESAGREABLES & AMERS :

Manger enfin un plat dont on avait envie depuis des jours, et se rendre compte qu’il n’est pas préparé comme on l’aime.
Ne pas réussir à attraper le téléphone à temps.
Lancer le nouveau morceau de votre groupe préféré et ne pas pouvoir l’écouter jusqu’au bout tellement il est nul.
Apprendre qu’une personne que vous aimez bien croit intimement quelque chose de faux (et honteux) sur vous.
Faire le deuil de son vêtement préféré.
Travailler des heures sur un projet et prendre conscience de sa médiocrité. Tout reprendre à zéro.
Regarder l’heure, s’apercevoir qu’il est 14h11 et être toujours en slip.
Déceler un mensonge, et faire comme si de rien n’était.
Découvrir après 122 ans qu’une expression – que vous employez de temps à autres – n’a pas du tout le sens que vous pensiez.
La première gorgée de tisane brûlante qui desquame le palais.
Enoncer un poncif.

Mais finir sur le mot « poncif » est un micro-évènement désagréable en soi, alors :