Le blog d'Elixie
Elixie Elixie

Headlines & footnotes

11 janvier 2011

S’il pleut très fort – ou pire, si le vent s’amuse à expirer tout l’air de ses poumons (j’ai une antipathie certaine pour cette vieille canaille) – alors je me réfugie sous la couette avec un bon polar et des biscuits au chocolat. C’est là qu’un souvenir peut remonter à la surface. Il s’extirpe des miettes de biscuits au chocolat amassées derrière la veine temporale, pousse les autres souvenirs noyés sous l’alcool et ceux cachés sous la honte, roule par-dessus les vieux refrains des années 90 et BOUM !

En 2003, ma meilleure amie et moi habitions ce grand appartement en Espagne où une famille de cafards avaient aussi élu domicile. La propriétaire nous assurait que grands Dieux ! Elle n’avait jamais vu de cucarachas dans l’immeuble de sa vie (seuls les grands Dieux savaient qu’il y avait quatre bombes anti-cafards sous l’évier avant notre arrivée). Ils revenaient tout le temps, à croire que ces cafards n’utilisaient aucun moyen de contraception. Alors un jour, nous avons décidé de mettre ceux qui n’avaient pas survécu à la guerre dans un bocal, pour que cela serve d’exemple aux autres. Qu’ils comprennent le sort qu’on leur réserverait s’ils venaient s’aventurer sur nos terres.

Nous n’avons plus vu de cafards après ça (mais ils sont peut-être morts de froid, l’hiver a été rude cette année-là)… Si sept ans plus tard ce souvenir me fait rire bêtement, est-ce que ça veut dire que sans une enfance équilibrée, j’aurais pu devenir despote ?