Le blog d'Elixie
Elixie Elixie

Not Dying Today

7 décembre 2010

J’ai fait une liste des livres que j’ai lus en octobre / novembre, c’est long, mais si vous ne savez pas quoi lire en ce moment peut-être que ça vous aidera. En janvier je passe à la littérature arabe (avec l’écrivain Naguib Mafouz pour commencer) donc si vous avez des titres / auteurs à me conseiller, je prends ! Merci !

Cormac McCarthy – La Route

J’en avais beaucoup entendu parler, comme tout le monde – il a donc naturellement fini sur ma table de chevet. Dans un monde post-apocalyptique, un homme et son fils marchent vers le sud, un caddie rempli d’affaires devant eux et une horde de cannibales à leurs trousses. Ça se lit facilement, l’ambiance lourde et poisseuse fonctionne bien, mais au-delà de ça… les actions répétitives et le manque de virgules, c’est pas pour moi je crois. C’est un schéma narratif compréhensible, mais je suis restée hermétique au bidule. Je ne le déconseillerais pas, ceci dit. Le roman de McCarthy a gagné le prix Pulitzer en 2007, et a été adapté au cinéma deux ans plus tard.

Colombe Schneck – Une Femme Célèbre

J’aime bien Colombe Schneck, déjà parce qu’elle s’appelle Colombe Schneck, et surtout parce que, pour avoir entendu quelques uns de ses entretiens, je trouve qu’elle a des idées intéressantes, une vision du monde qui me botte. Une Femme Célèbre raconte Denise Glaser, présentatrice de l’émission musicale Discorama dans les années 60 qui a été jetée hors de l’antenne comme une malpropre à l’arrivée au pouvoir de Valérie Giscard d’Estaing. Mon truc préféré, dans ce bouquin, c’est la résurrection – le temps de quelques pages – d’une femme oubliée / méconnue alors qu’elle a permis à des chanteurs comme Barbara, Véronique Sanson ou Jean Ferrat, de s’exprimer sur un plateau de télévision. J’ai une affection toute particulière pour les stars déchues, ce n’est pas nouveau. J’ai en revanche moins aimé l’histoire fictive parallèle, celle de Jeanne Rosen : pourquoi s’embarrasser d’un personnage supplémentaire, quand le simple récit de la vie de Denise Glaser aurait suffi ? Colombe Schneck transparaît bien trop à travers « la journaliste de radio imaginaire » et l’erreur a été de ne pas assumer jusqu’au bout, ne serait-ce que pour creuser le rapport Glaser / Schneck.

Frédéric Dard – San Antonio – Tome 1

Dard a inventé une langue à part entière. Sa maîtrise des adjectifs… comment dire ? Personne n’arrivera jamais à maîtriser les adjectifs comme lui. L’univers du célèbre détective bourru colle à la peau et les dialogues restent imprimés sur votre rétine, vous n’avez plus envie d’avaler autre chose que des cafés allongés et des sandwich jambon-beurre après ça. Frédéric Dard était un pulp novellist à la française, qui savait dorloter les expressions ringardes. J’aime le bel argot et les personnages si mégalos qu’ils en deviennent diablement drôles (exemple : Karl Lagerfeld) et San Antonio répond à toutes ces attentes.

Mark Oliver Everett – Things That Grandchildren Should Know

Mark Oliver Everett est le chanteur / compositeur de EELS. La traduction française n’existe pas – ce qui est fort dommage – mais si vous lisez en anglais de temps à autres, ça ne devrait pas trop vous poser problème. Le vocabulaire est simple, sans jamais être niais, même je dirais qu’il est délicat. Le style n’a pas vraiment d’importance dans TTGSK. Ce qui compte, c’est le récit. Je l’ai lu d’une traite, ai pleuré à chaudes larmes aux 3/4 du bouquin, ai été indignée, ai souri etc. Nous avons tous eu notre part de drames et de tragédies, mais ce que ce type a vécu… Le tour de force incroyable, c’est que Mark Everett ne tend jamais vers le pathos. C’est touchant, pour sûr, mais il ne va jamais chercher la larme à la pioche. C’est même sacrément optimiste.

Truman Capote – De Sang-Froid

Ce livre est rentré dans mon top 5 des bouquins-que-j’aurais-du-lire-plus-tôt. D’habitude, je n’aime pas trop parler des livres que j’aime trop, comme ces secrets que l’on veut garder le plus longtemps possible pour soi. Faisons une exception ! J’avais lu Petit déjeuner chez Tiffany, bon, ça ne m’avait pas transcendé, voilà. Les mondanités de l’élite new-yorkaise, sûrement. Mais en refermant celui-ci, ce fut comme un coup de poing dans l’estomac. Capote a passé plus de six ans de sa vie à écrire De Sang Froid, obsédé par le meurtre d’une famille sans histoire à Holcomb, KS. Un jour, alors qu’il sirote probablement son verre de gin pré-déjeuner, il lit dans le journal un fait divers comme il y en a tant. De la découverte des corps aux visites dans le couloir de la mort, l’écrivain suit toute l’affaire avec une puissance remarquable. L’investigation est poussée jusqu’aux moindres détails. Le style est brillant. Je ne sais pas s’il est possible de trouver ce livre mauvais, ou même chiant. C’est un de ces livres qui donnent encore plus envie de lire.

Harper Lee – Ne Tirez Pas sur L’oiseau Moqueur

Une sorte d’Huckleberry Finn pour adultes. L’histoire se passe dans l’Alabama des années 30 où Scout, une fille de 8 ans, raconte – entre autres – comment son père devient l’avocat commis d’office d’un jeune noir accusé d’avoir violé une blanche du comté. Harper Lee était la meilleure amie de Truman Capote : elle a grandi avec lui dans le sud des Etats-Unis, avant de l’accompagner dans le Kansas pour l’aider à faire les recherches qui ont abouti à l’œuvre De Sang-Froid. Sa façon d’écrire est très différente, mais le souci du détail est identique. Il règne dans ce livre une atmosphère particulière, comme si on pouvait sentir la gêne du public venu assister au procès d’un gars pendu d’avance, les tartes à la pomme qui refroidissent sur la table de la cuisine et le vent chaud du coin.

Dolly Parton – My Life and Other Unfinished Business

Je le mets dans ma liste parce que, même si c’était pour le travail, c’est quand même un bon bouquin. Pour avoir lu moult interviews et vu pas mal de vidéos où la chanteuse country s’exprimait, je n’ai aucun doute sur le fait qu’elle ait vraiment écrit son autobiographie. Ce n’est pas comme si elle n’avait pas écrit + de 3000 chansons dans toute sa carrière. Une sacré bonne femme, Dolly Parton. Pleine d’esprit, désopilante et espiègle. Je donnerais cher pour être une de ces 38 nièces, croyez-moi. Note : Le papier sur Dolly Parton & Dollywood (son parc d’attraction dans le Tennessee) sortira dans Standard Magazine le 5 janvier.

John Loengard & Gordon Parks – Les Plus Grands Photographes de LIFE

Ce n’est pas un roman, mais je me suis dit que ça pourrait faire un très chouette cadeau de Noël si vous êtes à court d’idées. J’espérais l’avoir sous le sapin de l’an dernier, mais il s’est retrouvé épuisé en quelques semaines, et n’a pas été réimprimé avant un moment. Alors dès que je l’ai vu, je l’ai attrapé et nous nous aimons très fort depuis. Regroupant les plus belles photos du magazine LIFE, ce livre se feuillette par petits bouts. La guerre de Corée, Rita Hayworth, Ho Chi Minh en Pologne, les cours d’éducation sexuelle dans les années 50, et surtout une foule d’anonymes qui illustrent une époque et/ou un contexte. Pour ceux qui aiment les voyages, le cinéma, l’histoire, la photographie et  les anecdotes.

Sur ce, je vais rejoindre mon copain Nico. On va manger de l’aligot sur le stand du Marché de Noël et si on est en forme, peut-être qu’on se mettra une gaufre par-dessus.