Le blog d'Elixie
Elixie Elixie

Garbage Truck

16 octobre 2010

Les effets du jetlag (© le hamster de Sakato)

Faut bien avouer, les conclusions, c’est pas mon truc. TIRER DES CONCLUSIONS notamment. Me faire l’avocat du Diable, poser des questions dans tous les sens, me décrotter le nez devant une série à deux heures du matin, ça je sais faire. Mais les conclusions… elles me sont aussi pénibles qu’un discours de Brice Hortefeux. Quelque part, je doute de leur existence même. Comme si « conclusion hâtive » était un pléonasme.

A défaut, voici au moins une certitude : j’aime les mots plus que tout. La musicalité des phrases, les citations, les paragraphes et les entrées en matière… ça peut me faire l’effet d’un shoot d’adrénaline parfois*. Et avoir l’inspiration, c’est comme un orgasme. En vieillissant mon état empire : enfermée dans mon bureau, en pleine digestion de soupe au potiron, je passe des heures à me documenter sur la science des livres. Par exemple, la bibliométrie, branche fascinante qui semble avoir été créée par des nerds du bouquin. Mais quelques zones d’ombre persistent, comme :

(1) Entre un livre dénué de style mais avec une super histoire, et un livre très bien écrit mais avec une histoire nulle, qu’est-ce que la majorité d’entre nous préfèrera lire ?

(2) Il existe deux catégories de personnes : celles qui finissent un roman quoiqu’il arrive, même si cela doit se faire dans la douleur, et celles qui abandonnent au bout de plusieurs chapitres si elles n’accrochent pas. Selon la catégorie à laquelle nous appartenons, qu’est-ce que cela dit sur nous ?

(3) Est-ce une bonne idée de relire les livres que nous avons adoré enfants ?

Jésus Marie Joseph ! Tout ceci m’en ferait presque oublier que c’est l’heure de l’apéro !

*Je ne suis pas trop majuscules, en revanche. Elles sont souvent laides – sauf dans la langue allemande, où elles sont tellement présentes qu’elles finissent par rythmer le texte.