Le blog d'Elixie
Elixie Elixie

Romance 101

2 septembre 2010

Vous commencez par remarquer vos cernes bleutées dans le miroir le matin. Vous choisissez des céréales sans goût au supermarché. Vous inhalez plus de cette saloperie que d’oxygène, surtout depuis que vous les achetez au marché noir. Tout devient compliqué. Les genoux de l’épicière sont plus épais, vous pouvez les voir à travers son tablier trop court. La peau de votre boss est plus grise que d’habitude et son haleine caféinée vous est insupportable. La radio ne passe que des morceaux insipides, pas le genre de trucs qui va vous aider. Vous vous mettez alors à écouter cette chanson en boucle, sans trop savoir pourquoi, et dans quelques années vous ne pourrez plus vous l’entendre sans repenser à aujourd’hui.

Avoir le cœur brisé est une bonne option. Pas « en mille morceaux », bien sûr. Ça, c’est une expression qui n’a d’autre usage que la poésie de pacotille. Pas en mille morceaux, pas écrabouillé, pas dégommé au fusil d’assaut. Pas forcément pour quelqu’un non plus, d’ailleurs. Disons que tout bien considéré, avoir le cœur fendu est une bonne option.

Le moment du rebond. Quand vous vous remettrez à manger des nouilles chinoises trop épicées, et que vous ressortirez les vieilles cartes routières de la boîte à gants. Quand vous vous réveillerez avec des dessins sur les bras, et une poupée gonflable dans la salle de bains (c’est une longue histoire). Quand vous aurez envie de faire un gâteau le dimanche, et que vous le regarderez gonfler dans le four avec une Budweiser à la main, juste parce que vous pouvez le faire.

On ne vit que pour les rebonds.

Et à vrai dire, il y a tellement de raisons possibles ;
autant choisir celle qui vaut vraiment la peine d’avoir le cœur fendu.