Le blog d'Elixie
Elixie Elixie

Do-Wah-Doo

22 avril 2010

La mousse se faisait plus dense, c’était une jolie mousse dégoulinante qui exhalait une odeur de paic citron, et une chanson de variété française s’évaporait par les portières laissées grandes ouvertes. Laver une carrosserie de voiture est vraiment une activité agréable. Il faut attendre qu’il fasse bon, pour éviter les engelures, malaxer une grosse éponge pleine d’eau, et une fois que le pantalon – que l’on aura pris soin de retrousser avant – est parsemé de tâches gris clair, et que la pulpe des doigts est toute fripée, alors on sait qu’on est sur la bonne voie. C’était le mois d’août, un mois terrible où je fulminais contre les éditeurs des cahiers de vacances, et un mois où je me posais un tas de questions sur les scoubidous, les appâts pour la pêche, et les poils sous les bras.

« Il y a combien de kilomètres entre Tokyo et New-York ? »

La réponse se perdrait bientôt dans les méandres de ma mémoire, mais c’était très important de savoir. Le vieil homme souleva un essuie-glace avant de se retourner vers moi. Son chapeau de paille lui dessinait une ride supplémentaire sur le front.

« Eh bien… je ne sais pas.
- Tu ne sais PAS ? Et… entre ici et Tokyo ? »

J’essayais de lui faciliter la tâche.

« Sûrement beaucoup, mais je ne sais pas exactement.
- Mais comment tu peux ne pas savoir ? Tu es un ADULTE.
- Ah. (Il se racla la gorge) C’est que les adultes ne savent pas tout. »

La nouvelle me fit moins mal au cœur que la découverte de la mascarade du Père-Noël. Si les adultes ne savaient pas tout, à qui pouvait-on se fier ? Mais surtout : est-ce que cela voudrait dire que je devrais faire des cahiers de vacances toute ma vie ?

Il me reste encore à découvrir le détroit de Magellan, les montagnes de Namibie, la commune de Zigliara en Corse, les cerisiers en fleur à Nago, la gare d’Austin au Texas, les friperies de Berlin et les châteaux en Toscane, boire toutes les bières produites en Europe, assister à un concours de rodéo, voir une aurore boréale et rouler sur des routes de cendre en Islande, lire toutes les œuvres de Proust, de Brian Lee O’Malley, et écouter l’intégralité de la compilation Nuggets, apprendre à cuisiner la charlotte aux fraises et prendre des cours de physique-chimie. Peut-être que je devrais télécharger tous les documentaires disponibles sur ArteVOD aussi ? Et je n’ai jamais joué de la batterie, ni essayé un Wonderbra©.

C’est que ça va m’occuper un sacré bout de temps, cette affaire.