Le blog d'Elixie
Elixie Elixie

Gouinon goes to Hollywood

29 octobre 2009

oregon

L’aéroport de Portland aurait besoin de plus d’adjectifs rigolos et d’adverbes à trois syllabes que n’importe quel aéroport. La moquette vert mousse des années 70 est parsemée de losanges violets tandis que les femmes nées avant 1968 portent toutes des mom’s jeans, ces jeans bleu clair à fermeture éclair dorée qui remontent dix centimètres au-dessus du nombril comme pour dire : « regardez ma culotte de cheval, voilà à quoi une femme fertile ressemble ».

green

Quand Chris, le proprio de l’appart’ que nous louons sur Yamhill St., nous demande pourquoi l’Oregon, Pénélope lui avoue « parce que c’est vert ». « Oh, ajoute-t-il en riant, vous allez vite comprendre pourquoi c’est aussi VERT ». Chris porte des vestes en polaire et des chaussures en plastique épais marron, un peu comme tout le monde dans le coin.

fall

A un skater rencontré au carrefour Hawthorne St. et Elliot Ave., j’explique que je prends des photos parce que sa ville est très « Halloween-y ». Des couleurs qu’on n’a jamais vues en France et qui n’ont probablement pas de noms. Le genre de couleur qui donne envie de manger de la soupe au butternut en regardant America’s Next Top Model.

squash2

Dans le journal local, Willamette Weekly, les dernières pages consacrées aux encarts publicitaires proposent les services de Mistress Victoria, « strict and painfully gorgeous », et affichent des informations sur plusieurs cliniques de Marijuana.

cinemagic

En nous couchant à 22h la veille comme deux mamies anémiées, nous avons raté la projection de Fatal Flying Guillotine, un film Grindhouse de Kung Fu tourné en 1977. Et Jennifer’s Body ne passe nulle part ici. Heureusement demain soir à deux pas de la maison une comédie musicale Heavy Metal, The Chariots of Rubber, sera jouée pendant 2 jours pour 15 $ (sans les taxes) (non sérieusement : il n’y a pas de taxes en Oregon. Pas besoin de faire du calcul mental en rajoutant 10% des prix affichés sur les menus / étiquettes).

vintage

C’est comme rendre visite à Dale Cooper. La ville, avec ses pins qui piquent le ciel, son atmosphère gris clair et les tenues 80′s, rappelle sans cesse Twin Peaks.

Et le programme de demain (note : pensez à acheter ces gros sacs d’1,5 kg de sucreries) :

pumpkin

Ce soir, on aura tenu AU MOINS jusqu’à 22h15.