Le blog d'Elixie
Elixie Elixie

Comment bien putasser ?

11 mai 2009

C’est important ! Car en tombant sur un twitter de jeunes gens énervés comme un pigiste de Closer victime d’une pandémie de gastro, il m’est apparu que beaucoup se méprenait sur le putassage. Il y a des règles à respecter pour bien putasser. Et certaines personnes croient que putasser c’est comme enfiler un slip, que c’est super simple et à la portée de n’importe quel déjà-condamné à l’Enfer, mais non.

Règle n° 1 : Putasser doit servir à défendre une idée. Par exemple : je putasse sur Jean-Raoul car je n’aime pas son ego hypertrophié (et le fait qu’il porte des bombers). Putasser sans raison revient à putasser par ennui, et putasser par ennui n’est qu’un gâchis de temps et d’énergie (et/ou possiblement un gain de remords le lendemain). Si putasser sert à ça, autant regarder les rediffs d’un dîner presque parfait le samedi aprèm.

Règle n°2 : Putasser doit être fait avec humour. Décharger son venin gratuitement est sacrément mauvais pour votre karma. Pourquoi croyez-vous qu’un animal de compagnie quelconque (enfin, plus un chien qu’un zèbre tout de même) a choisi de déféquer devant la porte de votre immeuble ce matin ? Karma. La braguette qui se pète en pleine soirée ? Karma. Voilà pourquoi vous devez arrêter de putasser par pure méchanceté : parce qu’un jour vous finirez par vous réveiller avec une mamie qui sent le vieux prout à côté de vous, et vous ne saurez pas comment c’est arrivé, mais le karma si. Aussi, putasser sans être drôle, c’est juste avoir la haine.

Règle n°3 : Putasser doit se faire avec modération. Connaissez vos limites. Traiter quelqu’un de sale pute syphilitique est par exemple hors-propos. Ne putasser pas pour balancer quelqu’un, même si vos intentions sont bonnes et que vous le faites avec une pointe de finesse comique pour dédramatiser la situation, ça vous retombera sur le coin de la figure (« c’est toi qui a dit à ma femme que je la trompais avec une fan de Donald Duck ? »). Putasser doit rester sur des sujets somme toutes pas si graves que ça.

Règle n°4 : Acceptez qu’on putasse sur vous (tant que c’est bien fait). Vous n’êtes pas la perfection faite chair non plus, et un petit putassage dans le dos qui finit par nous revenir aux oreilles nous permet de ne pas choper le melon (« je suis le Dieu du putassage ») et de toujours garder les règles 1 à 3 en tête.

Ah, et ça fait un moment, mais j’ai modifié la F.A.Q.