Le blog d'Elixie
Elixie Elixie

You make me dizzy

14 janvier 2009

Vous savez quand vous êtes devant votre garde-robe et là vous vous surprenez à dire tel un cliché de fille : « j’ai rien à me mettre » ?
J’ai tellement accumulé de bouquins sur ma table de chevet au cours des dernières semaines qu’hier soir je me suis surprise à dire « j’ai rien à lire« . En fait j’étais trop déprimée pour lire quoique ce soit après avoir fini les deux tomes de Boulet

(de la même façon, quand on râle sur le fait qu’on a rien à se mettre, c’est juste qu’on n’a pas envie d’aller là où on doit être habillé, souvent au boulot ou dans une soirée pourrie)

BREF.

El Libro de la Semana

Guerre à Harvard, par Nick McDonell

En fait je me suis aperçue à la fin que j’avais déjà lu un truc de Nick McDonell : Douze, qu’il a écrit quand il avait 17 ans et qui lui a valu des éloges de la part des critiques littéraires qui le comparaient déjà à Bret Easton Ellis. C’était un bouquin pas mal, d’après mes souvenirs, mais il y avait pas de quoi se taper le cul par terre non plus, c’est à se demander pourquoi tout le monde crie au génie dès lors qu’un mec traite de la coke dans les milieux aisés, comme si c’était le sujet le plus déjanté depuis que le Marquis de Sade est mort.

C’est un petit livre de 100 pages, qui se lit d’une traite dans le bain, et qui raconte l’univers d’Harvard au pleine guerre contre l’Irak avec quelques anecdotes sur l’explosion Facebook. Dans certains passages on sent l’atmosphère lourde qui peut régner sur les campus américains, et à d’autres moments plane un nuage de cynisme sur l’envers du décor de ces grandes facultés chargées d’éduquer les élites de demain. C’est un peu frustrant niveau détails, on aimerait en savoir plus, et en même temps c’est sûrement le parti pris de l’auteur. Si vous n’avez rien à lire donc, ou que vous n’avez pas envie de vous lancer dans un pavé, Guerre à Harvard est plutôt pas mal.

Et sinon, on devrait lancer une pétition pour que la X-box 360 Domo-Kun soit mise en vente :