Le blog d'Elixie
Elixie Elixie

La livre du week-end

31 octobre 2008

Downtown Owl, de Chuck Klosterman

Comme je ne pouvais pas attendre qu’il sorte en français, ou en poche, ou en n’importe quoi d’autre, je l’ai commandé en anglais. Chuck Klosterman a écrit le très bon « Je, La Mort et la Rock’N'Roll », le pas si bon « Sexe, Drogues et Pop-Corn » et
Chuck Klosterman IV: A Decade of Curious People And Dangerous Ideas que je n’ai pas lu. Ce sont tous des essais, et Downtown Owl est sa première fiction, ça se passe dans le Dakota du Nord et j’ai un faible pour les Etats Américains un peu paumés, donc, bref, il fallait que je le lise.

Aussi, parce que Chuck Klosterman est, à côté de Diablo Cody et Dan Fante, un de mes modèles en matière d’écriture (en matière journalistique : Diego Buñuel, Hunter S. Thompson et Dorothy Parker).

Downtown Owl se déroule au début des années 80, dans un trou du cul du monde, où les gens pensent de manière étrange, pas erronée ou exagérée, juste étrange. Comme si le temps s’était arrêté à l’entrée de la ville ou comme si toutes les informations flottaient à la périphérie. Il y a de très bons passages jusqu’à maintenant, mais j’aime pas les bouquins où chaque chapitre est consacré à un protagoniste, Nick Hornby a déjà foiré le truc avec « Vous descendez ? », donc là je suis méfiante comme un comptable chargé des finances de Britney Spears.

Putain je suis à la bourre pour trouver comment me déguiser en Sarah Palin pour ce soir.