Le blog d'Elixie
Elixie Elixie

as far as i’m concerned

28 octobre 2008

Non mais qu’est-ce que c’est que ce bordel ? Tout-à-l’heure je vais chercher des kinders au supermarché, normal, un mardi soir comme les autres, et là je tombe sur le jeu Mille Bornes. Je sais que vous y avez joué aussi, je vais donc juste vous dire ceci : il était à 25 euros. VINGT-CINQ PUTAIN D’EUROS.

C’est l’heure de l’interlude halloween :

De l’importance d’écouter de la musique de merde

En plein goûter, j’ai branché mes écouteurs à fond (non pas à fond Maman, juste un peu plus fort que d’hab) en hochant de la tête comme un chien de plage arrière sur du Sum 41. Ca m’a frappé comme une balle de tennis dans l’oeil : pourquoi les gens se sentent toujours dans l’obligation de vous dire que vous écoutez de la merde ? Déjà, c’est assez désagréable d’entendre un truc pareil, alors qu’il s’agit juste d’une divergence de goût, et ensuite je ne vois pas où est le problème. Ce n’est pas comme si j’avais que les compiles des Tubes de l’Eté depuis 1988 sur mes étagères. Le problème ce n’est pas d’écouter de la merde, c’est de n’écouter que de la merde.

Et puis c’est comme si je disais à un mec qui adore Marc Lévy : « tu lis de la merde ». Si le mec a lu tout Nietzsche ou Camus par exemple, c’est moi qui aurait l’air con, parce qu’il sera très au courant qu’il lit de la merde, mais p’tet que justement il aime ça, lire de la merde de temps en temps.

Je revendique notre droit à regarder des films de merde, aller sur des sites de merde et lire des magazines de merde en plus d’écouter de la musique de merde. C’est même essentiel, pour la culture gé, parce que si vous êtes suffisamment curieux, les trucs « populaires » peuvent vous amener à découvrir d’autres choses. Ce serait inacceptable de s’en contenter, mais ce serait vraiment stupide de ne pas vouloir y toucher sous couvert d’élitisme rampant.

Ceci dit, Sum 41 n’est pas un groupe de merde. Juste pour que ce soit clair entre nous.