Le blog d'Elixie
Elixie Elixie

But Julian

23 juillet 2006

Un ventilateur bloqué sur ma tête. 35°c à l’ombre. Il est hors de question que je sorte sauf obligations type ‘trouver à manger’ ou ‘chercher du taf’. Du coup je me suis achetée de la littérature girlie d’été. 20 ans bien sûr – même si je continue à penser qu’Anne Depetrini ne remplacera jamais Diastème mais que par contre n’importe quel jeune cynique sortant d’école de journalisme pourrait bien remplacer Anne Depetrini – + Technikart avec sa couverture rose bonbon qui rappelle un peu le 1er flyer de Girls & Blogs + le dernier livre de Lolita Pille.

Avant d’aller plus loin, je précise : je n’aime pas Lolita Pille. Je n’aime pas ses histoires branchouilles de jeune fille glamour qui tombe le nez en avant dans la drogue. Je n’aime pas cette littérature hype qui pue le cliché. Mais j’aime son écriture. Elle a une écriture sympa. Et puis j’avais envie de lire un truc sale mais girlie, parce que y’en a marre de se taper de la littérature dégueulasse de mecs, pourquoi pas celle des filles aussi, et dans le genre Lolita Pille peut y arriver. Je sais déjà comment ça va finir. Bubble Gum, ça va être le bouquin que je vais adorer détester (mais pas trop comme on dit  » je déteste Marc Lévy ou Paulo Coehlo »).

Technikart je crois que j’aime plus leurs sujets que leurs contenus. Leur article sur les Suicide Girls était mauvais car creux, alors qu’ils avaient un putain de potentiel, la possibilité de vraiment montrer l’envers du décor, et au final on avait l’impression de bouffer une vieille pizza surgelée. Après l’indigestion, j’avais arrêté d’acheter puis finalement ce wikend j’avais 4€90 en trop dans ma poche et la couverture parlait des filles un peu barrées alors pourquoi pas. Bon à la question « les nanars font-ils mal aux stars ? » ils se trompent un peu sur la définition du nanar, et dans les personnalités rock’n'roll ils citent Busty, grosse erreur, mais sinon ça va, ça se laisse lire, même si ça reste superficiel. Le truc qui me plait chez Technikart je crois, c’est leur culture pop.

Un peu comme dans 20 ans, ce qui me plait c’est François Perlmutter, le vieux psychanalyste ultra cool.